Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 13 octobre 2006

La peur du téléphone, une fatalité ? Un témoignage bouleversant

medium_Ca_se_disc.jpg(Note de l'auteur n°1 : merci, cher lecteur, d'imaginer le temps de ce billet la voix de Gilles Bornstein, celui qui faisait les commentaires dans les reportages de feu ça se discute)

Joss a 23 ans et mène une carrière plus qu'honorable dans le monde des études. Il semble promis à un avenir radieux mais derrière une façade souriante et positive se cache en fait un terrible mal-être. Joss souffre de téléphonophobie. Un trouble encore mal connu mais très handicapant :

"C'est une vraie souffrance au quotidien."

Ses difficultés remontent à un traumatisme de son enfance :

"Je me souviens ... euh ... je devais avoir sept ans, peut-être huit, mes parents avaient acheté un nouveau téléphone sans me dire comment m'en servir. Le lendemain, il a sonné alors que j'étais seul à la maison et je n'ai pas su comment décrocher. Ca a été un moment très difficile à vivre"

Et oui, car si cette expérience peut paraître anodine, elle a aujourd'hui des répercussions importantes sur la vie de Joss qui éprouve toujours des grandes difficultés lorsqu'il doit téléphoner :

"A chaque fois ... c'est une véritable épreuve, je suis tendu, stressé. Avant d'appeler, il faut que je répète plusieurs fois dans ma tête ce que je vais dire et que j'envisage tous les scénarios possibles... Il n'y a qu'avec quelques personnes que je me sens vraiment à l'aise au téléphone. Heureusement lorsque c'est moi qui suis appelé, les choses se passent mieux."

Des troubles d'autant plus étonnants qu'il ne rencontre aucune difficulté lorsqu'il s'exprime de vive voix :

"Au contraire, en face à face, je ne suis pas spécialement timide, j'ai même la réflexion assez facile, d'après ce qu'on me dit"

(Note de l'auteur n°2 :  mais ça c'est un autre sujet qui pourrait faire l'objet d'un autre billet à venir)

Par ailleurs, les troubles de Joss s'expriment aussi à travers des symptômes étonnants :

"Je n'aime pas entendre mon téléphone portable sonner quand il annonce un texto ou un message vocal, c'est pourquoi, après l'avoir allumé, je quitte immédiatement la pièce où je le laisse, de façon à ne pas l'entendre. Sinon, il m'arrive aussi de l'allumer dans des endroits bruyants qui couvrent le petit bip, que de toutes façons on entend à peine, même dans des conditions normales."

Autre conséquence facheuse, comme il se sert assez peu de son portable, Joss n'a pas vraiment d'utilité à le changer. En conséquence, il a encore un Nokia 3310 tout pourri bien obsolète dont il a parfois honte :

"Je m'arrange pour ne pas trop le montrer en public, mais ce n'est pas toujours possible."

N'écoutant que son courage, Joss a décidé de consulter un spécialiste témoigner sur son blog pour faire connaître ses troubles et aussi trouver la force de vaincre sa peur.

(Note de l'auteur n°3 : bon, là, c'est le moment où doit commencer à résonner dans un coin de votre tête la petite musique qui accompagnait les fins de reportages dans ça se discute, jour après jour) 

"C'est un combat de tous les jours, ce sera difficile, mais je ferai tout pour y arriver".

 Appel à témoin : Si vous aussi, vous voulez parler de vos phobies à la con, cliquez sur "commentaires".

lundi, 02 octobre 2006

Elizabeth T., mon guide, tel un phare dans la nuit...

L'un des grands changements dans ma dernière année d'étude fraîchement entamée, c'est que je ne prends plus le bus (pour des raisons que je ne développerai pas ici parce que ce n'est pas très intéressant, je me suis rabattu sur la voiture) (non, vraiment, je vous assure, ce n'est pas très intéressant) (non, pas la peine d'insister !). 

Alors c'est vrai, je gagne un temps fou (ben non, même pas en fait) mais j'ai deux regrets. Le premier c'est que je ne peux plus assister aux conversations captivantes des collégiennes pré-pubères (oh la barbe !), le second, d'un tout autre ordre, c'est que je ne peux plus consulter les astres pour connaître à l'avance la tendance de ma journée. Ben ouais, dans le bus de ma ville, y a un horoscope (comme sûrement partout ailleurs mais je n'ai pas vérifié). Quoi de mieux qu'un message furtif et direct à la fois pour ajuster à bon escient son comportement du jour ? Non mais c'est vrai, des petites phrases du genre, "Bélier, aujourd'hui, rien ne vous résistera" ou "Bélier, il faut savoir saisir les occasions qui se présentent" ou "Bélier, ménagez vos arrières" (hein, quoi ? mais qu'est-ce vous entendez par là ?) ou "Bélier, soyez plus à l'écoute avec votre partenaire".

(Oui, je suis bélier, hein)

Et bien tout ça c'est terminé, je ne peux plus compter que sur moi pour affronter les incertitudes de la vie. Heureusement, à la maison, on a TV Magazine, avec, dans les dernières pages, les prévisions d'une certaine Elizabeth T. . Quel bonheur de découvrir chaque samedi ce qui va m'arriver dans la semaine ! En plus, c'est détaillé par décan (il y a trois décans dans chaque signe). Par exemple, samedi dernier, mon horoscope pour la période du 1er au 7 octobre.

Bélier du deuxième décan (c'est moi !!!) : Le partenaire vous stimule ou vous critique, vous agresse (ou serait-ce l'inverse ?), le 1er. Le 4, oeuvrez en équipe; efficacité garantie. Profil bas le 7.

(Vous remarquerez que les propos d'Elizabeth T. sont ici reportés dans une couleur relativement proche de celle de ses attributs capillaires)

Analysons donc ces quelques indications en détails :

Le partenaire vous stimule ou vous critique, vous agresse (ou serait-ce l'inverse ?), le 1er. 

Ouais... euh... ça c'était dimanche. Euh... ma partie de tennis a été annulée faute de combattant... Ben... c'est vrai que mon chien m'a dit bonjour de façon assez enthousiaste mais bon. Ah mais si, je sais, c'est parce que j'avais écrit ici la veille que le prince charmant est un enfoiré et du coup, ça a dû énérvé quelqu'un parmi mes lecteurs, quelqu'un qui sera le prince charmant, n'en doutons pas, et il a dû se sentir floué. Oui, ça doit être ça (évidemment que c'est ça).

Le 4, oeuvrez en équipe; efficacité garantie. 

Alors ça c'est vraiment top, mercredi (le 4), j'ai rdv avec mes deux futurs maîtres de stage pour définir les grandes lignes du sujet dudit stage. Trop bien, merci Elizabeth.

Profil bas le 7. 

Là c'est une catastrophe. Samedi (le 7), j'assiste au dîner de remise des diplômes de ma promo et je dois animer un jeu débile en parlant dans le micro. Mais qu'est-ce que je vais devenir... Oh puis après tout elle a le droit de tromper, de temps en temps.

En fait, j'ai remarqué qu'elle prenait ce droit à l'erreur assez régulièrement depuis que je lis son horoscope quelques temps.

Conclusion: mon blog est lu par un prince charmant; je cours vers le succès professionnel; pour samedi, elle s'est sûrement trompée, elle est humaine, voilà tout.

Merci Elizabeth.

(Un jour je vous raconterai comment j'ai eu 18,5 à une soutenance de projet super importante en janvier dernier grâce aux conseils avisés d'Elizabeth) (si si c'est vrai).