Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 26 octobre 2009

Veuillez nous excuser...

... pour cette interruption momentanée des programmes. Nous reprendrons notres grilles de diffusions habituelle dès que les moyens techniques nous le permettront à nouveau. Dans cette attente, merci d'aller patienter en lisant des blog concurents.

 

A très bientôt, et, d'ici là, ne soyez pas trop sages.

 

(Quedireoufaire, la fin du second acte).

09:35 Publié dans Blablablog | Lien permanent | Commentaires (9)

lundi, 05 octobre 2009

Joss' Locker Room

Le nombre de photos n'étant pas limité, ces petits fifrelins de chez L'art du Mollet ont insisté pour me suivre jusque dans les vestiaires du badminton...

 

IMG_5249.jpg

 

Vous pouvez toujours voter, !

dimanche, 04 octobre 2009

L'art du Mollet

Les gens, l'heure est grave. Je me suis embarqué malgré moi dans une sombre histoire de concours de mollets. Le concours sur sondage va être mis en ligne très bientôt chez Mr Blogisbeautiful (probablement à partir de cette nuit et jusqu'à mercredi) et je vous suggère d'aller y voter pour moi (et pas pour ce gros méchant de Mr Blogisbeau et ses mollets mollassons). Surtout, il faut voter, gardez à l'esprit que c'est là votre seul moyen d'exercer votre citoyenneté.

 

Afin de mettre quelques chances de mon côté, en plus de quelques clichés, j'ai enfin accepté de répondre à l'interview que le magazine L'art du Mollet (et non pas Lard du mollet) me réclame à corps et à cri depuis si longtemps. Et bien, petits chanceux que vous êtes, voici cette interview en avant première (et en exclusivité) :

 

Blogueur émérite au talent reconnu par tous et à la plume à la fois juste, incisive et subtile, le gentil petit Joss possède néanmoins encore des talents cachés que beaucoup ignorent. Parmi ses secrets précieusement gardés on trouve une splendide paire de mollets que d'aucun rêveraient de posséder. Après des mois de négociations de notre part, le gentil petit Joss accepte de lever le voile sur ces splendeurs régulièrement jalousées dans une interview sans faux semblants, toute en fraîcheur et en simplicité, tel que nous avons l'habitude de le voir dans la vie, le temps d'une séance photo. Rencontre avec un esthète de haut vol.


L'Art du Mollet Magazine : Bonjour Joss. Cela fait longtemps déjà que nous souhaitions vous rencontrer et évoquer ce sujet avec vous. Qu'est-ce qui vous a enfin poussé à accepter cette demande ?


Joss : et bien je crois qu'il était temps de rendre enfin hommage à mes mollets. Vous savez ce sont eux qui me soutiennent, qui me font avancer dans la vie. Je crois qu'au fond, mettre en lumière mes mollets, c'est une façon de leur rendre justice. Si j'ai connu tous ces succès et toute cette gloire depuis quelques années, c'est avant tout grâce à eux.

 

 

020.JPG

 

 

L'AdMM : C'est à dire ? De quelle manière vous aident-t-ils ?

 

Joss : Oh vous savez ce sont eux qui me poussent chaque jour. Ils sont tout pour moi. Ils sont mon souffle, ils sont mon envie, ils sont mon énergèèh. Sans eux la vie, n'aurait pas la même saveur. Le matin, lorsque je déambule avec prestance et élégance autour de mon lit, vêtu simplement de mon short à dodo, je me rends bien compte que c'est à grâce eux si j'ai cette silouhette si dynamique et sportive que tous m'envient.

 

L'AdMM : Vraiment ? nous ignorions que vous entreteniez une telle relation avec vos mollets.

 

Joss : Mais vous savez, les mollets sont tellement intelligents. Beaucoup plus que les oeufs durs ou les oeufs brouillés. Et puis il me comprennent si bien. A peine besoin de parler avec eux, la plupart du temps, un regard suffit. Et avec leurs poils courts et légèrement frisés, il sont si faciles à coiffer, même pour une séance photo.

 

 

029.JPG

 

 

L'AdMM : Oui, en effet, et c'est d'ailleurs un véritable plaisir pour nos yeux que d'assister à cette séance photo. Mais comment faites vous pour avoir de tels mollets ? Des mollets si... si...

 

Joss : Vous voulez dire si galbés ? Oui, je crois que le mot galbe a été inventé pour décrire mes mollets. Et bien vous savez, ces mollets c'est en quelque sorte l'histoire de ma vie, un stigmate de ma jeunesse. Voyez-vous, comme j'ai toujours été plutôt petit, il a sans cesse fallu que je m'habitue à des exercices d'adaptation : sauter pour regarder par la fenêtre, me mettre sur la pointe des pieds pour voir atteindre la table ou pour saisir le chocolat aux noisettes dans les rayon de supermarché. Et encore je vous épargne les photos de classe. C'est devenu un art de vivre pour moi. C'est désormais tout à fait naturel. Travailler mes mollets fait partie de moi.

 

 

SP_A0143.jpg

 

 

L'AdMM : Et quel bénéfice retirez-vous de vos mollets ?

 

Joss : et bien chaque jour que Dieu fait, quoi qu'il arrive je me dis toujours "oui, mais il y a mes mollets". C'est mon leitmotiv, ma philosophie. Mais c'est aussi avant tout pour moi, une arme de séduction sans pareil. Je ne suis jamais aussi élégant qu'en short. C'est l'assurance, également de toujours sauver la face au badminton même lorsque le reste de ma tenue est proprement lamentable, ce qui arrive parfois lorsque je n'ai plus que des hauts de pyjama à me mettre.

 

L'AdMM : Quel mot de la fin pour conclure cette interview ?

 

Joss : J'aimerais terminer en disant qu'en mélant si bien douceur et fermeté, mes mollets sont une parfaite expression de la quintessence de ma personne.

 

 

St malo juin 08 (168).jpg

 

Alors surtout, MO-BI-LI-SEZ VOUS !! mes mollets le valent bien !

mercredi, 30 septembre 2009

Nan mais quel tombeur, vraiment ...

Ce matin. Un matin comme tous les autres un nouveau paris, rechercher un peu de magie, dans cette inertie moroseeeuuuh... sauf que cette fois le gentil magasinier de mon boulot s'arrête en passant à la porte de mon bureau. La semaine passée, je lui demandé de se procurer les billets de train nécessaires à mon excursion parisienne de la semaine prochaine auprès de l'agence de voyage habituelle (je ne sais pas pourquoi mais chez nous c'est le magasinier qui est affairé à cette tâche, c'est comme ça et puis c'est tout). Lui d'habitude plutôt affable et de bonne composition me lance un regard assez froid et me lâche presque sèchement :

 

" - Bon je suis allé chercher tes billets de train, mais la prochaine fois tu pourras y aller toi-même"

 

Immédiatement, mon signal d'alerte rouge intérieure se déclenche, oh mon dieu, oh mon dieu qu'ai-je donc fait ? Je m'enquiers rapidement de la raison de ce changement inopiné dans la procédure :

 

" - Ah, euh... mais euh... pourquoi ?" (sur un ton très véhément comme tu l'imagines bien)

 

Il change alors totalement d'expression pour passer sur le registre sourire presque complice avec l'oeil malin (il est un coutumier des airs faussement méchant avant de retourner sa veste) :

 

" - Parce que visiblement, la petite jeune de l'agence de voyage, comment elle s'appelle déjà...  euh... Brigitte, oui, c'est ça, Brigitte**, et bien elle aurait bien voulu que ce soit toi même qui vienne chercher tes billets. Tu as même un sacré ticket avec elle si tu vois ce que je veux dire...

 

- Ah euh... hein ouais (grand sourire d'apparat, note bien, d'apparat), ben c'est toujours bon à savoir

 

- Ouais ouais, visiblement tu lui a bien plus. On a parlé de toi un petit moment mais bien sur elle m'a demandé de ne rien te dire.

 

- Bah ouais, évidemment ! (avec un rire gras. Je maîtrise le rire gras depuis peu)."

 

Et puis il retourne vaquer à ses (nombreuses) occupations. Brigitte, je l'ai vue trois fois au début de l'été pour préparer mes déplacements de juillet en Guadeloupe, puis à Lyon la semaine suivante, puis à Los Angeles les deux semaines d'après (elle doit me prendre pour un grand voyageur, Brigitte). Et ouais, je suis comme ça, moi : grand sourire lumineux (non, pas illuminé, lumineux, j'ai dit !), oeillades en veux-tu en voilà, humour léger drôle et sympathique (ravageur, quoi, c'est évident !), et voilà le travail !! En plus, il faut bien dire qu'elle est très très mignonne Brigitte (si si, je vous jure même moi je la trouve bien, c'est dire). Rhalala, quel succès vraiment...

 

Ca me fait penser à ce billet sur mon physique écrit au tout début de mon blog. Je pense que je vais me mettre à faire de grands clins d'oeil pour plaire encore plus aux filles. T'en penses quoi, Grand Schtroumpf ?

 

Un détour par ma santé mentale, Martin Rappeneau

 

** : Il est possible que le prénom ait été modifié pour des raisons de confidentialité que tu comprendras, bien sur.

19:21 Publié dans Blablablog | Lien permanent | Commentaires (7)

dimanche, 27 septembre 2009

The Big Machine et fantaisie

Je trouve le nouvel album d'Emilie Simon complètement fou. C'est pour cela qu'il me plait autant, y compris sa voix que certains trouvent insupportable. Une belle illustration à mon sens de cette citation d'Oscar Wilde que j'aime tant : "On devrait toujours être légèrement improbable". L'album accompagne d'ailleurs fort bien, je trouve, ma lecture du moment : Alice au pays des merveilles. Je me sens d'humeur fantaisiste, avec quelques envies d'absurde.

 

The Cycle (The Big Machine, Emilie Simon)

 

the big machine.jpg

21:17 Publié dans Blablablog | Lien permanent | Commentaires (4)

dimanche, 20 septembre 2009

Mémoire d'outre-tong (2)

Le refrain est tout proche de celui de l'an passé.

 

Je suis repassé aujourd'hui à la Guimorais par les mêmes chemins de promenade en bord de mer qu'il y a deux semaines mais en lieu et place des légères et joyeuses tongs d'il y a quinze jours je portais cet après-midi de solides chaussures de marche. J'avais cette fois le plaisir d'être accompagné par un joyeux petit groupe.

 

Il est vrai qu'il y a deux semaines, je m'étais retrouvé bien démuni lorsque, au milieu de la vase, je ne savais plus de quel côté me tourner... Je m'en étais tiré avec de longs moments d'hésitations sur l'itinéraire à suivre et mes fidèles tongs (celles qui m'ont accompagné cette année sur les pentes d'un volcan guadeloupéen ainsi que sur le marbre des meilleurs palaces végasiens) en bien piteux état. Tu m'aurais vu, complétement perdu, seul, avec vingt-cinq mètres de vase bien glissante partout autour de moi, je ne faisais pas tellement le fanfaron (je n'avais pas demandé à faire Koh-Lanta, moi).

 

La balade de ce jour en joyeuse compagnie fut riche en fous rires et boutades amusées, belle comme un beau dimanche ensoleillé. Mais un dimanche de fin septembre. Alors, toute à l'heure, je me suis résolu à remiser mes tongs (parfaitement nettoyées, c'est heureux) au placard, avec une petite moue de désapointement et la mine boudeuse. Je n'aime pas les fins d'été. Vraiment pas.

21:29 Publié dans Blablablog | Lien permanent | Commentaires (8)

vendredi, 18 septembre 2009

Et si on parlait un peu de (haute) gastronomie ?

- Incroyable, il y a deux semaines, je me suis aperçu que mon pot de nutella était entamé depuis si longtemps qu'il a pris goût de vieux.

 

- Le semaine dernière, j'ai essayé les nouilles chinoises toutes prêtes dans leur pot en plastique à passer au micro-onde. C'était pas fameux. Pas effrayé pour autant, ce soir je tente les nouilles chinoises en sachet. J'ai juste à verser un peu d'eau bouillante dessus et attendre un peu en répétant trois fois Abracadabra, et c'est prêt. C'est pas fameux non plus, à vrai dire. C'est même bien pire. J'aurais peut-être pas du les choisir au curry, aussi, c'est pas très malin. De toutes façon, rien de vaut mon méli-mélo de chèvre et courgettes au samon fumé.

 

- Les desserts au Panna Cotta que l'on mange au self de mon boulot sont peut-être bien la meilleure chose qui soit. Surtout avec quelques petits morceaux de fraises.

 

- Demain matin, j'ai prévu de profiter de mon petit déjeuner tranquille pour me délecter (enfin) de biscottes à la confiture de ma Manman... (on annonce beaucoup de vent, un temps à manger des biscottes).

 

- Ce chocolat de chez Croisement, au lait avec des noisettes et des raisons secs est une rudement bonne idée. Une réussite à mes yeux.

 

Ben, voilà je vais manger mon dessert, moi.

mardi, 08 septembre 2009

Marée montante

C'est un pique-nique du soir improvisé rapidement sur la plage, sur une idée que l'on m'a suggérée.

 

005.JPG

Je suis venu prestement, affublé de mes deux petits sandwichs de pain brioché au saumon fumé et à la roquette. Il est environ vingt heures lorsque j'arrive sur la digue. La journée a été riche en évènements improbablement rocambolesques que je parviens mal à énumérer dans mon esprit.

 

Les derniers baigneurs sont encore à pied d'oeuvre pour quelques temps alors que la mer gagne rapidement des centimètres sur le sable. Je m'attarde à dénombrer d'autres pique-niqueurs isolés puis à suivre brièvement la partie de raquettes de plage qui se déroule sous mes yeux. A cette heure, on ne joue plus que sur le court central.

 

Il y a aussi là bas ce joggeur en maillot de bain qui longe la plage en tutoyant l'extrémité des vagues les plus intrépides. C'est probablement l'une des dernières fois que je viens ainsi contempler la plage avant de m'éloigner de Mouetteland. J'ai été bien inspiré de choisir ce pain brioché pour mes sandwich. Je ne suis pas peu fier de cette innovation. Il y a au loin ces femmes et leurs deux caniches noirs qui courent bêtement dans tous les sens, bien moins respectables que ce docile ratier beige allant dans le sens contraire qui les regarde avec tout le dédain qu'ils méritent.

 

014.JPG

Assis sur le sable et adossé à la digue, je balaie à plusieurs reprises du regard l'ensemble du panorama, m'assurant au passage de l'absence de volatiles mal intentionnés. La marée monte à une vitesse surprenante. Les joueurs de raquettes se rapprochent régulièrement de la digue, les baigneurs regagnent leurs serviettes et je m'affaire à entamer mon second sandwich parce qu'après tout, une évacuation furtive n'est peut-être pas à exclure. Je prends tout de même le temps de sortir ma bouteille d'eau et boire aux trois ans de mon blog qui s'annoncent demain (comme tu le vois, une occasion célébrée à sa juste valeur).

 

Les deux femmes aux caniches semblent se disputer avec l'un des autres promeneurs pour une raison qui m'échappe (il est vrai que Regina Spektor chante un peu trop fort dans mes oreilles pour que je puisse saisir quoi que ce soit). Mon repas est terminé, je reste quelques instants encore, blotti derrière mon pull, à regarder la marée monter inexorablement.

 

- Il est temps de partir Grand Schtroumpf ?

 

Apparemment oui. Je saisis mon sac et remonte quatre à quatre les escaliers de la digue. C'était un gentil pique-nique improvisé. C'était bon, c'était bien, c'était doux.

 

C'était simple.

dimanche, 30 août 2009

Acte manqué de la vie ordinaire

- Dis Joss, c'est quoi un acte manqué ?

 

- Ben tu vois, par exemple, cette semaine, je faisais mes courses dans mon hypermarché préféré et je me suis dit que j'allais m'acheter un flacon de solution hydro-alcoolique pour faire comme tout le monde chez moi. Donc j'en ai trouvé un dans le rayon concerné, je le tenais dans mes mains. Et puis tout à coup j'ai trouvé que l'ouverture du flacon était différente de ceux que j'ai déjà vus. Je l'ai donc regardé d'un peu plus près et je me suis aperçu que c'était un flacon de gel lubrifiant. Et bien, ça je crois que c'est pas très éloigné d'un acte manqué.

01:16 Publié dans Blablablog | Lien permanent | Commentaires (8)

mardi, 25 août 2009

Séance privée, très privée

Hier soir, j'ai pris mon courage à deux mains et je me suis décidé à me faire enfin un plan en solitaire : moi, uniquement avec des inconnus.

 

Oui, bon, en fait j'avais décidé d'aller au cinéma tout seul pour la première fois, quoi. C''est curieux mais j'ai toujours eu l'impression qu'en me rendant seul au cinéma je serais immanquablement la cible de tous les regards, tous ces regards qui diraient : "Oh regarde, l'autre là, celui qui vient d'entrer, il est tout seul ! ". J'avais décidé que c'en était fini, je serais plus victime de l'oppression !!

 

numero-9.jpgDevant l'affiche de la soirée (à Mouetteland, l'affiche n'est pas très fournie), je m'étais décidé à aller voir GI Joe (pour la subtilité du jeu de Channing Tatum). Et puis, je ne sais pas exactement pourquoi mais au moment de me présenter devant la petite caisse du cinéma, ma langue a choisi de dire :

 

- "Bonsoir je voudrais, une place pour Numéro 9".

 

Quelle imbécile, cette langue. Tant pis, Channing m'attendra. Me voici donc avec entre les mains une place pour Numéro 9 dans la salle 3. Je ferai avec. C'est la séance de 22h05, un lundi, il ne devrait pas y avoir grand-monde. J'entre dans la salle 3, il est 22h01. Personne.

 

Je ressors, l'air de rien, faisant semblant d'envoyer un message avec mon téléphone, pour vérifier que je suis bien dans la salle 3. C'est bien la salle 3. Je ressors mon ticket pour vérifier que le film est bien projeté dans la salle 3. C'est bien la salle 3. 22h03, personne. 22h04, personne. Les publicités commencent, personne. Les publicités se terminent, personne. Mais ils sont où les gens, Grand Schtroumpf ?

 

Waaoooouu. C'est fou ça je suis seul. Tout seul. Un si grand écran pour moi tout seul. Du coup, tu imagines bien je me suis complètement laissé aller et je me suis permis de faire des choses dingues comme poser mon pull sur les sièges d'à côté, mettre mes pieds sur la rangée de siège de devant et même laisser mon téléphone portable allumé (ohlala c'était si excitant !). Non, je n'ai pas pensé à me déshabiller, enfin pas au début.

 

Regarder un film seul dans un lieu public c'est finalement très étrange. Les explosions, les bruits d'ambiance, tout m'a paru différent. Les émotions aussi. Parce qu'il y en a dans ce film. Un film qui fourmille de trouvailles et de créativité malicieuse qui m'ont déccroché quelques sourires solitaires. A la fin du film, n'avoir personne, même pas un regard à croiser furtivement en partant  pour partager une impression laissée, c'est assez déroutant.

 

C'est un peu triste, aussi.

19:05 Publié dans Blablablog | Lien permanent | Commentaires (8)