Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 22 septembre 2007

Chaîne musicale

Une nouvelle petite chaîne vient frapper à la porte de mon blog, celle-ci vient de Monsieur moi et autrui. Il s'agit de reporter ici les 10 premiers morceaux qui sortent de son I-pod en mode shuffle. Evidemment, ç'aurait été trop simple, moi je n'ai pas de I-pod. Comme d'autres l'ont déjà fait, j'ai donc ouvert Windowsmédiapalyer en lecture aléatoire et voici le résultat tant attendu:
 
Hypocondriaque, Aldebert

La disparation, Keren Ann
 
Photographe de hasard, Martin Rappeneau 
 
Petit caillou, Amélie-les-crayons
 
Song of the storm, Emilie Simon 
 
Le tourbillon, La Grande Sophie
 
All neon like, Bjork
 
Les cailloux, Les Innocents
 
Dans la lune, Zazie
 
La liste, Rose
  
Trois morceaux dans la colonne de droite pour les curieux (suis gentil, hein ?)  

12:15 Publié dans Blablablog | Lien permanent | Commentaires (6)

vendredi, 14 septembre 2007

L'avenir comme parachute - The rest is still unwritten

Plus que quelques encablures et ma vie d'étudiant sera définitivement passée à trépas.

Il y a peu, l'un de vous, vénérables lecteurs, a laissé un message sur mon répondeur(*) en évoquant le côté positif des choses avec ces mots que j'ai trouvés si bien choisis :

"Maintenant, tu as l'avenir comme parachute"

Natasha Bedingfield, Unwritten



L'avenir devant soi, ça faire peur mais c'est grisant. L'idée qu'il n'y a plus de rail et que c'est à moi de tracer la suite seul.

I am unwritten, can't read my mind, I'm undefined
I'm just beginning, the pen's in my hand, ending unplanned
L'idée que tout est ouvert autant que fermé, que tout est possible. En bien, en mal, mais que c'est à moi.
Staring at the blank page before you
Open up the dirty window
Let the sun illuminate the words that you could not find
Se dire que tout est à écrire, que la vie est à éprouver.
Feel the rain on your skin
No one else can feel it for you
Only you can let it in
No one else, no one else
Comme un grand saut. Avec l'avenir comme parachute. 
Today is where your book begins
The rest is still unwritten
 

 

 

(* : service exclusivement réservé aux abonnés bénéficiant de la formule Quedireoufaire Premium)

(allez, plus que deux commentaires, et ça en fera mille depuis l'ouverture de ce blog. :-) ). 

mercredi, 29 août 2007

Les derniers jours

Les deniers jours du dernier stage de ma vie d'étudiant approchent (plus que deux). Un nouveau cap qui arrive, et surtout l'obligation d'avancer ce satané rapport qui rend ce blog un peu plus silencieux... c'est pour la bonne cause.

20:41 Publié dans Blablablog | Lien permanent | Commentaires (7)

mercredi, 22 août 2007

Complexe orthographique

Tout à l'heure, j'ai découvert qu'un blogueur parlait de mon propre blog en évoquant "des faiblesses orthographiques". Sur le moment j'ai eu honte. Oui, je sais mon blog contient de nombreuses fautes. J'essaie d'y prêter attention, mais il en reste, souvent, à croire qu'elles repoussent comme de la mauvaise herbe.
 
A l'école j'étais très bon en dictée. Je savais sur le bout des doigts ce qu'il fallait accorder et les mots qui restaient de marbre devant un pluriel. Je savais, sans hésitation, appliquer la règle qui ne demande qu'à la mécanique de bien suivre les instructions.
 
Mais lorsque l'exercice de la dictée est passé, lorsque l'attention ne se porte plus sur les lettres mais sur le sens, lorsque la mécanique n'est plus la finalité mais simplement un moyen, mon esprit décroche, oublie les accords, confond les genres et ne sais plus lorsqu'il faut mettre deux P ou un seul. Je me rappelle avoir eu honte de prêter mes cours à d'autres parce que mon orthographe était peu académique. Je me rappelle aussi qu'au collège, l'un de mes profs de français mettait des notes d'orthographe à chaque rédaction, ce qui remplaçait les banales dictées et qui me valu surtout le premier zéro de ma scolarité. Je me rappelle cette angoisse de sentir un regard inquisiteur par dessus mon épaule alors que j'essayais de cacher la misère en étendant un peu plus mon bras gauche sur le papier.
 
"des faiblesses orthographiques", en lisant ceci, l'espace d'un instant je me suis retrouvé enfant jugé par les adultes. Je me suis trouvé bête. L'humilité revient souvent au grand galop. C'est insignifiant, et pourtant ...
 
Tant pis, j'essaierai d'assumer mes fautes d'orthographe, il y a plus dur à assumer dans la vie. :-) 

vendredi, 10 août 2007

A l'attention du lecteur paimpolais (et des autres)

Voici donc une vieille légende* EN-FIN authentifiée (oui je sais, tout est relatif).
 
8925394cfc611dc0d68e839eca5f5174.jpg
 
*(tout avait commencé sur feu le blog dudit paimpolais) 

10:30 Publié dans Blablablog | Lien permanent | Commentaires (9)

jeudi, 09 août 2007

Je bosse comme un damné

f1cb623d52a788359b735ce2c2899333.jpg

 Si si...

1047c8096fe080d31a48e3b7e86d2722.jpg

mardi, 07 août 2007

Procrastineur je suis...

Oui, normalement cette deuxième et dernière semaine de vacances devrait être consacrée à l'avancée dans les grandes largeurs de mon rapport mémoire de stage (olalayaduboulo...) mais c'est difficile, vraiment, du mal à m'y mettre.
 
Alors comme souvent, dans les périodes de doute et d'incompréhension, je m'en remets à Elizabeth T. (mon guide, tel un phare dans la nuit...) en consultant son avis éclairé dans la page horoscope de TVmag (cette semaine, c'est la page 66). Et évidemment, Elizabeth me fournit une explication toute trouvée :
 
Bélier du deuxième décan : Pleins feux sur les loisirs, les plaisirs et les jeux ! Le 8, vous goûtez aux bonnes choses de la vie... Voyagez, communiquez, écrivez, jouez dès le 9.
 
Merci Elizabeth d'avoir su m'éclairer une fois de plus. Si même les astres s'opposent à ce que je travaille, je crains qu'il n'y ait rien à faire. Il vaut peut-être même mieux éviter de les fâcher, non ?
 
(merci les astres :-D )

16:00 Publié dans Blablablog | Lien permanent | Commentaires (7)

dimanche, 29 juillet 2007

La clientèle de Max*auto...

Irruption chez Max*auto pour une sombre histoire d'essuie-glace trop mou (:-)).

Mon regard s'attarde sur la clientèle présente dans cet antre de la mécanique où je me sens si peu dans mon élément. En ce samedi après-midi les clichés médisants pourraient laisser croire que l'on trouvera de fervents adeptes de tunning venus repérer la dernière paupière de phare à la mode pour remplacer celle qu'ils ont rayée la semaine passée par un excès d'enthousiasme au volant.

On pourrait croire qu'ils seront en survêtements bariolés, baskets blanches et casquette pour certains d'entre-eux. Ces mêmes clichés médisants pourraient aller jusqu'à laisser présumer qu'ils passent leur temps ici en attendant la soirée arrosée avec Bobonne et les copains...

Et bien pas vraiment. Pas du tout, même. Les jeans sont ajustés, les cheveux finement gelifiés sans chercher l'excès. Le tee-shirt est bien taillé et tombe juste, il est même rose pour l'un d'entre eux. Les groupes de garçons bien apprêtés s'entrecroisent dans les rayons autoradios et becquets où la gente feminine est totalement absente. On pourrait presque se méprendre sur la nature des lieux s'il n'y avait cette incessante odeur de pneu.

On pourrait presque se méprendre sur ces garçons... Mais leur présence chez Max*auto ne trompe pas, ce ne sont que des contrefaçons.

14:10 Publié dans Blablablog | Lien permanent | Commentaires (4)

dimanche, 22 juillet 2007

Le côté positif des choses

La peine de coeur est l'amie du régime. Après trois semaines sans aucun appétit, l'objectif moins de 58 kg a été atteint ce matin et sans la moindre difficulté (Et encore, je pense que ma balance a tendance à m'alourdir).

Mais le moral est tout de même bon.

21:30 Publié dans Blablablog | Lien permanent | Commentaires (5)

mardi, 17 juillet 2007

Je travaille avec des gens formidables (3)

Après ceci et cela, je crois avoir atteint le sommet la semaine passée lors d'une pause, avec ça (j'ai même eu du mal à y croire) :

- T'as entendu, hier ils ont évacué la plage aux Sables d'Olonne, il paraît que y avait un requin.

- Heeeiinnn ?? queeeooii !!?? Mais comment il est arrivé là ? Les requins ça aime pas l'eau salée, normalement, non ?

Et à ce moment, le téléphone s'est mis à sonner et on est retourné bosser. Même pas en le temps de répondre à la question...

Mais j'ai ri. Beaucoup. 

15:20 Publié dans Blablablog | Lien permanent | Commentaires (3)