Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 09 avril 2012

Me against les Buttes-C.


Km 0. A peine revenu de mon week-end de Pâques en famille je décide de m'attaquer à mon premier footing de 2012 avec pour but de vérifier si ma quasi première année de badminton a fait exploser évoluer mes capacités cardio-pulmonaires. Et puis après tout, ça y est, c'est la saison pour exhiber mes mollets de compet'. L'objectif est de parcourir au moins X tours du parc des Buttes-C. (sauras-tu reconnaître quel parc se cache derrière ce mystérieux pseudonyme ?). Florence + The Machine, Adam Levine, VV Brown, Yuksek et quelques autres se sont réunis dans une playlist au bout de mes écouteurs pour me donner du coeur à l'ouvrage. J'entame les hostilités avec confiance, force et courage. En commençant pas la descente, quoi.

Km 0,4. Trop facile. Je vole sur la piste comme un kenyan des hauts plateaux, je regarde les promeneurs du parc avec un air serein et assuré. Ouais, chuis un runner, moi.

Km 0,9. Je me dis que tiens j'aurais peut-être pu penser à ne pas respirer n'importe comment. Ça commence à me piquer dans le bas du poumon gauche. Mais je suis fort, brave et courageux. Au diable cette petite douleur de rien du tout. D'ailleurs dans mes écouteurs, les Brigittes m'ordonnent (en me vouvoyant) de me battre, d'être un voyou, un loubard. Et ça marche.

Km 1,1. On me la fait pas à moi. Cette douleur n'est pas un point de côté banal, c'est la fédération péruvienne de magie vaudou qui s'amuse à persécuter à l'aide d'un marteau-piqueur le poumon gauche d'une pauvre petite poupée à mon effigie. La douleur est intense et je grimace un peu mais je m'accroche, je suis 1m66 de courage et d'abnégation. Je tenirai, je tenirai.

Km 1,qqch. J'entame la montée. Je visualise la petite poupée entre les mains de ces salauds de péruviens et je lui envoie tout le soutien possible. Ces saletés de Joggeurs chevronnés montent comme des flèches. Je me vengerai. Un jour. De toute façon, Florence + The Machine me rappelle de regarder le paysage, c'est important aussi.

Km x,2. Je commence à me sentir mieux. Les péruviens lâchent l'affaire apparemment. Ils ont compris à qui ils ont à faire. Je me permets même de doubler d'autres gens qui courent, rends-toi compte. Je visualise désormais les monceaux de chocolats ingurgités hier et inconsciemment mes jambes se mettent à tricoter plus rapidement.

Km x,9. Petit moment de silence entre deux chansons dans mes écouteurs. Je réalise le bruit que je fais en respirant. Je comprends mieux les regards interloqués de certains marcheurs au passage de cette si belle imitation de la Bête du Gévaudan.

Km y,4. J'arrive à nouveau en haut de la côte avant de basculer dans les débuts de la descente. La magie des endorphines commence à opérer et Revolver se présente dans mes écouteurs, je suis à nouveau le garçon aux semelles de vent.

 

Wind Song
podcast

Je vais, je cours, je vole. Je tire la langue, je fais des moulinets des bras pour montrer à quel point je suis frais et décontracté. Je sens bien l'admiration dans les yeux des promeneurs. Je vois même que certains se sentent coupables de ne faire que marcher. 

Km y,8. Les péruviens sont de retour au début de la côte. Je suis héroïque mais je ralentis le rythme. Qui n'était pourtant déjà pas bien méchant. Dans un virage à droite, une poussette tente de me dépasser en me faisant l'intérieur. Péruviens ou pas, je décide que ce n'est pas possible, je fais une queue de poisson à la poussette. Cet affront me donne l'énergie pour rallier une nouvelle fois le haut de la côte.

Km z,0. J'entame le Xième tour avec l'espoir de parvenir à mes fins et en me disant que je vais pouvoir me la péter un max une fois l'exploit accompli. D'ailleurs, c'est bien la seule chose qui me donne envie de continuer. Les péruviens me tenaillent. Ils prennent plaisir à pincer chacune des parties du corps de la pauvre petite poupée avec des tessons de bouteilles. Je poursuis malgré tout. Et dire que tous ces gens autour de moi ignorent ce combat que je suis en train de mener.

Au prix d'efforts colossaux et d'une lutte sans merci contre les services secrets péruviens je parviens à terminer ce Xième tour et je me permets même de faire un peu de zèle en continuant encore pendant quelques centaines de mètres (de descente). Je décide toute de même de mettre un terme à ce footing parce que pour une première c'était pas trop mal (et puis bon, ça commence à bien faire).

Je marche fièrement dans les allées avant de me rapprocher de la station de métro. A quelques mètres de moi une fille fait semblant d'être essoufflée et en rajoute des tonnes en grimaçant. Ces gens qui se sentent obligés de tout exagérer à la limite de la mauvaise foi ça m'insupporte au plus haut point.

Nan, parce que, venir courir au Parc des Buttes-C., c'est sportif, c'est vrai, mais c'est quand-même pas le Pérou (HinHinHin...).

Commentaires

Je lisais ton billet et en même temps la pub avec Hugh Graou Jackman est passée à la TV, celle où il fait un jogging pour une boisson théïnée... Tout s'est superposé : Toi, le jogging, Hugh Jackmann... Belle coïncidence, non ?

Écrit par : orpheus | lundi, 09 avril 2012

haumont

Écrit par : Pédro | lundi, 09 avril 2012

Tu devrais peut-être commencer par du footing entre-couper de marche, il faut savoir commencer humblement pour ressembler à un kenyan. Moi je dis ça.... Pourtant un angevin comme toi avec les coteaux du layon ces petites côtes....... Bonne poursuite dans tes efforts qui seront sûrement récompenser dans la durée. Courage

Écrit par : traileurfou | lundi, 09 avril 2012

Le jour où tu auras d'aussi grosses cuisses que Britney tu pourras (aussi) te battre contre la musique -et non contre des péruvien vin vin vin -

Écrit par : Ditom | lundi, 09 avril 2012

Donc ta vie, c'est courir après un volant puis courir après rien, par pure fierté ? C'est vraiment à la hauteur du commentaire de Ditom : navrant.

Écrit par : Rouge-cerise | lundi, 09 avril 2012

C'est vrai qu'en relisant mon commentaire, je le trouve vraiment navrant.

Écrit par : Ditom | mardi, 10 avril 2012

Ha mais non! Les tours de parc ne se font pas en journée mais à l'aube avec les sapeurs pompiers aux shorts flottants. Gauche droite gauche droite gauche... C est un beau spectacle hypnotique et qui fait avancer.

Écrit par : PascalR | mardi, 10 avril 2012

Une "petite" poupée de toi, ça fait quelle taille, au juste ? par curiosité...

Amicalement.
Al.

Écrit par : Al West | mardi, 10 avril 2012

Orpheus : la prochaine fois tu diras à Hugh de venir se dégourdir les jambes avec moi, merci.

Pedro : cette perspicacité m'étonnera toujours

traileurfou : tu sembles fort bien renseigné ! j'ai hésité à faire du fractionné, je vais essayer une prochaine fois

Ditom1 : ce jour n'arrivera pas !

Rouge-Cerise : on te raconte des histoires d'agents secrets et tu n'y vois que du sport. tu es navrant toi aussi.

Ditom2 : que vous êtes sévère avec vous-même. Ce commentaire ne dépareille pas vraiment parmi beaucoup d'autres de ce blog

PascalR : si seulement je pouvais me rendre disponible à ces heures romantiques...

Al West : et bien très précisément la taille d'une petite poupée !

Écrit par : joss | jeudi, 12 avril 2012

Le parc où je cours toutes les semaines (pour le relief!), mais il y a aussi dans le coin si tu veux faire du plat le tour du bassin de la Villette et le long du canal de l'Ourcq (de belles balades en été)

Écrit par : Patrick Antoine | vendredi, 13 avril 2012

Patrick Antoine : oui, je connais assez bien le coin, c'est la vraiment les Buttes-Chaumont que je préfère pour aller courir

Écrit par : joss | samedi, 14 avril 2012

En réalité toute cette note n'avait pour but que de tromper tes futurs adversaires du marathon de Paris sur tes capacités réelles. Ne me dis pas le contraire !

Écrit par : laplumequivole | dimanche, 15 avril 2012

La plume qui vole : ce commentaire tombe à point nommé. Toute la semaine je me suis dit "dimanche matin je sors assez tôt pour aller voir la course et réaliser ce que c'est vraiment". Et puis hier soir je suis sorti. Un peu tard. Je suis rentré me couché alors que le jour était déjà sérieusement levé et je crois bien que l'observation du marathon n'était plus exactement dans mes projets.

Écrit par : joss | dimanche, 15 avril 2012

Les commentaires sont fermés.