Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 29 janvier 2012

Un pied devant l'autre


Il est possible que tu ne comprennes pas grand chose à ce billet, ce n'est pas bien grave. Moi quand je comprends rien je dis oui en souriant bêtement, mon interlocuteur se sent valorisé et c'est déjà ça de gagné. Je te propose donc de faire pareil.


T'as remarqué comme j'ai rien raconté dernièrement ? Si si tu peux même le dire à voix haute : "bah dis donc Joss il se foule pas trop ces temps-ci, espèce de sale feignasse".

Pour me rattraper ce soir, pendant qu’un certain Nicolas S. devise gentiment de choses et d’autres sur les grandes chaines, moi je regarde sur Arte un documentaire qui montre des marmottes en train d'hiberner. Je crois que c'est ça que je veux. Me réincarner en marmotte. Elles dorment, elles se serrent les unes contre les autres, elles ont chaud. Elles oublient tout. Pendant trois mois. 'tain oui c'est ça que je veux, c'est ça ! En guise de terrier, je me contente de me brûler les pieds contre mon radiateur tout seul dans mon appartement, c'est moins réconfortant (mes chaussettes sont bien trop loin pour que j'aille les chercher). Pas une marmotte ni même rien qui puisse s'y apparenter de près ou de loin à portée de main. Mon mouton en peluche me fait la gueule parce que j'ai un peu oublié de l'épousseter ces trois derniers mois. M’en fous, il est gris.

Je crois déjà pouvoir dire que cette image de marmottes blotties les unes contre les autres va me hanter cette nuit. Pourquoi elles ? Et pas moi ? C'est vraiment dégueulasse. Je me repasse le film, comment en être arrivé là. De toute façon c'est mieux comme ça, c'était la décision à prendre et j'ai beau faire les gros yeux à mon mouton, je sais bien que ça ne changera pas grand-chose. Plutôt que remonter le fil, je pourrais aussi commencer à tricoter la suite. Il faudra bien. L’image du tricot est un peu étrange mais bon. Oh oui, un magnifique pull torsadé, rien que l’idée me met en joie.

Bon là maintenant, dans la suite du documentaire, on voit des tortues qui tentent de se reproduire, ça aussi je... comment dire ? Oh des cerisiers en fleur ! Il y a toujours une grande ambivalence à l'idée d'envisager la suite dans ce genre de périodes. L'euphorie du champ des possibles oscille pernicieusement avec le vide. Ça va étrangement bien, puis, plus rien. Et puis le courant revient tout seul, sans doute quand les deux neurones se percutent accidentellement ou alors quand j’entrevois une belle suite - faite de pulls torsadés mais pas obligatoirement. Et même si les marmottes avaient l'air comblées de bonheur dans leur terrier, la petite voix du bon sens me dit que la méthode marmotte n'est pas le plus court chemin vers la jouissance ultime. Je serai donc fort, brave, conquérant et merveilleux. En plus d'être délicieusement drôle mais ça ce ne sera pas nouveau et tu le sais déjà. Euh... Un simplement hochement de tête suffira.

Je martèle donc à l'envie que le monde est à moi, l'avenir est entre mes mains et que je vais marcher fièrement dans les rues en essayant d’avoir l’air épanoui et dégourdi. Et c'est franchement pas le moment de dormir.

Brutalement je me rappelle qu’Evelyne Dhéliat - Sainte Evelyne, priez pour nous - nous annonce moins quarante-trois degrés pour la fin de la semaine prochaine. Et là, tout de suite, j'ai furieusement envie d'être une marmotte.

Commentaires

Ici le commentaire. Conseil à la Barney. Ne me remercie pas. http://goo.gl/mWDr0

Écrit par : Antoine | lundi, 30 janvier 2012

Hummmm tu n'as plus de chéri qui peut te réchauffer sous la couette ?
Grrr tu trouvrera quuelques part ton homme qui appréciera ta verve et ton humour !
Si va se trouve je me trompe et cette nuit tû as sucé la bite de tn chéri

Buzz

Écrit par : fiuuu | lundi, 30 janvier 2012

Oui, je déconseille le tricot. Des fois, ça n'est pas réussi, même si le résultat n'est pas commun que l'on ne voit pas chez tout le monde...

http://www.dailymotion.com/video/x1ahn3_le-pere-noel-est-une-ordure-cadeau1_fun

Écrit par : Rouge-cerise | lundi, 30 janvier 2012

J'ai pas compris grand chose à ton histoire de marmotte qui se brûlent les pieds en tricotant des pulls, alors je vais sourire bêtement.

Écrit par : Tambour Major | lundi, 30 janvier 2012

je comprends, je partage et je t'embrasse. On a beau savoir qu'y vaut mieux être seul que mal accompagné, une nuit d'hiver pelotonné vaut mieux que tous les dictons du monde...

Écrit par : le lapin givré | lundi, 30 janvier 2012

Ce qui est chouette, dans ton histoire, c'est que tu as tellement d'atouts en main que tu peux te permettre toutes les situations. Mais si, regarde : tu peux attendre, tu peux te lancer maintenant, tu peux essayer autre chose, tu peux juste t'amuser, tu peux même combiner deux des possiblités.

Je serais toi, j'attendrai que ça te tombe dessus. La vie a bien plus d'imagination que nous. Surtout en matière de tricot. :)

Bise, m'sieur ;)

Écrit par : SaintLaz | lundi, 30 janvier 2012

Comme je ne ris jamais bêtement (il m'arrive seulement parfois d'avoir un tressaillement involontaire et sonore de la cavité buccale et des lèvres), je vais hocher la tête d'un air entendu.
Bon je te laisse, mon terrier m'attend.

Écrit par : Flavien | lundi, 30 janvier 2012

Faut dire aussi que les moments les plus rigolos avec les marmottes, c'est les concours de pets ... ^^ *

Écrit par : MArC-Us | lundi, 30 janvier 2012

Pour le tricot, tu évites le modèle violet de Ditom. Nan parce que c'est comme sa charte graphique ça pique les yeux. Sinon t'es une superbe bombasse toi!

Écrit par : PascalR | lundi, 30 janvier 2012

oui :-)

Écrit par : orpheus | lundi, 30 janvier 2012

Le problème, c'est que la marmotte, avant de s'enfermer dans son terrier pour hiberner, elle doit prendre dix kilos de gras. C'est pas pour dire mais y'a du boulot !

Écrit par : solal | lundi, 30 janvier 2012

M'est avis que le docu sur les marmottes a dû battre des records d'audience hier soir.
Et il ne t'a sûrement pas échappé qu'à un moment elles DOIVENT se réveiller, les chéries, et là ça rigole moins...
En attendant méfie-toi du radiateur, tu vas choper des varices ! Tu t'imagines à la piscine, étaler tes mollets tout violets et striés ?
(Oui je sais, je suis pas très positive ce matin, je me casse)

Écrit par : laplumequivole | lundi, 30 janvier 2012

En un mot : courage ... (et aussi patience, amis, et bouillotte ! )

Écrit par : h | lundi, 30 janvier 2012

Il faudra que tu me dises quels types de laine tu utilises parce que je me suis mis au tricot aussi depuis quelques semaines. J'ai opté pour le point de semis, il faut bien anticiper la venue du printemps. lol

Écrit par : Christophe | lundi, 30 janvier 2012

Veux tu m'epouser ?

Écrit par : Lolotte | lundi, 30 janvier 2012

SCANDALE !! eh, Lolotte, je te rappelle que c'est moi que tu devais épouser ! Qui va faire mes jumelles, si tu frayes avec Joss ??

Écrit par : Rouge-cerise | lundi, 30 janvier 2012

Oh, c'est marrant, on fait pareil quand on ne comprend pas... D'ailleurs tout ça me rappelle un épisode durant lequel nous avons tous deux souri bêtement.

Bref, regarder droit devant n'empêche pas de se retourner sur le chemin parcouru. En tirer les leçons, en garder le meilleur en soi, devenir un peu plus sage... C'est ça qui est chouette dans le cerveau humain: tirer de l'expérience de ce que l'on a vécu.

Moi, par exemple: ma prochaine galette sera bien meilleure que la première.

Et marmotte si tu en as envie. Tu n'es pressé de rien.

Écrit par : Ditom | lundi, 30 janvier 2012

Il y a souvent dans ce genre de situation quelqu'un pour te sortir une citation invitant à la réflexion, une citation matière à enseignement et réconfort. Je n'ai trouvé que ça :

"Il semble que l'hibernation sociale (en groupe familiaux, dans l’hibernaculum, avec des individus âgés plus expérimentés), étudiée chez Marmota marmota, (...), puisse aussi procurer des avantages en termes de survie hivernale."

J'ai hoché la tête et souri très bêtement en la lisant.

Écrit par : sebastien_l | lundi, 30 janvier 2012

Antoine : Merci Antoine !

Fiuuu : toujours aussi classe.

Rouge-Cerise : merci Thérèse pour vos précieux conseils

Tambour Major : t'imaginer sourire bêtement m'apporte un doux réconfort

Le Lapin givré : "une nuit d'hiver pelotonnée vaut mieux que tous les dictons du monde" j'adore.

SaintLaz : et oui, parfois je suis impatient de la suite. Je vais essayer de me placer sous la vie pour qu'elle me tombe dessus ;)

Flavien : profite bien du terrier

MArC-Us : il est possible que je ne fréquente pas assez les marmottes pour le réaliser

PascalR : je suivrai vos bon conseils. Merci bien !

Orpheus : je n'ose imaginer du bout des yeux à quoi tu dis oui.

Solal : ah j'avais oublié ce détail. Fichtre.

La plume qui vole : je viens de poser sur mes radiateurs un auto-collant "pieds interdits"

h : je vais tacher.

Christophe : Euh, je vais réfléchir et on vous écrira.

Lolotte : OUI, JE LE VEUX.

Rouge-Cerise : Lolotte est une femme libre, elle fait ses choix comme elle l'entend !

Ditom : oui, je nous vois sourire bêtement simultanément... Je me propose de goûter ta quatrième galette.

Sebastien_l : en plus d'être si vraie cette citation me fait tant rire :D

Écrit par : joss | lundi, 30 janvier 2012

Je ne tricote pas depuis quelques semaines, mais depuis quelques années. Un pull irlandais ? C'est largement dans mes cordes (à linge ^^) ! Et ce que j'aime en particulier dans la réalisation de ce vêtement, outre la foison de points et les techniques ardues, c'est l'utilisation d'une troisième aiguille, dite "auxiliaire". Tout un symbole (qu'autrefois j'avais mis en avant dans un post, mais tu n'étais pas né).
Pelote = se pelotonner (+ chat débile qui croit que la laine est vivante); Ouaip, Arte peut venir à la maison, il y a matière a réaliser du docu décalé !
Bref, j'ignore si ton billet utilise l'image du pull "torsadé" à des fins ironiques, cependant, en créer un, tient plus du zazen et de la magie que du tracas sur le bon et le mauvais goût vestimentaire. Un beau pull irlandais évoque forcément les signaires celtiques, les falaises, une humilité qui tait "cette rudesse qui voit loin", le blottissement et la dignité face aux éléments.
Autrement, pour le thème central de ce billet (que nous semblons hélas avoir deviné), je fais comme d'hab' : souhaiter que l'épisode se transforme un jour en histoire pérenne. Je n'ai pas la carrure de te servir d'aiguille auxiliaire, mais bon, si jamais tu avais un modèle, des cotes et une taille à fournir, hein, etc... (Je parle tricot, rien de salace ^^).
PS : À cette heure mon conjoint dort ferme (il bosse très tôt). Ça fait deux ans qu'il me réclame que je termine son kabig perso (veste à capuche avec nattes, torsades et ce foutu "point de toile" qui résiste à la pluie et au vent et qui, au passage, exige une patience de Bouddha). Quand je te dis que tisser des liens n'est pas une vaine expression !
Ps 2 : Je comprends. Je n'ai pas ton humour mais comprendre je sais faire. Les varices, c'est pas l'heure d'en faire un monde.

http://www.kabaod.com/2007/02/un-soir-un-couple/#unsoiruncouple

Écrit par : Kab-Aod | mardi, 31 janvier 2012

Il me semble que les marmottes ne se laissent pas approcher si facilement,elles vivent en meutes...et se sifflent entre elles... enfin je dis ça je dis rien ( sourires).

PS: ne rien comprendre à vos propos, apprécier votre écriture surréaliste,écrire sans le dire, dire entre les lignes..." La littérature quoi" !!

PS bis : Il serait temps d'écrire des livres cher mossieuhhh....

Écrit par : elliot | mercredi, 01 février 2012

Kab Aod : le parallèle entre la guitare et le tricot est savoureux, comme le concept de l'aiguille axillaire. Je découvre à l'occasion que tes vidéos remonte à plus longtemps que je le croyais...

Elliot : la marmotte est grégaire, je saurais l'être aussi ! (et merci pour les PS ).

Écrit par : joss | mercredi, 01 février 2012

dans le documentaire en question (jolis images mais commentaire assez peu intéressant et mal dit ! - oui je fais ma critique dans ce com et alors ?) dans le documentaire donc, je crois me souvenir que l'une des gentilles marmottes, sortie de terrier pour s'ébattre en pleine nature, s'est sauvagement fait déchiqueter par un très bel aigle royal - gare aux prédateurs donc…

ceci dit, il vaut certainement mieux être une marmotte qu'un hérisson - ça pique moins et c'est en effet plus grégaire. Je n'ai aucun doute concernant ta capacité à trouver un ( ou des - soyons fous !) compagnon(s) de jeux. quelque soit le jeux !

--

si le gros mouton gris est en train de développer une laine d'hiver toute aussi grise, je n'ose imaginer la couleur d'un autre mouton …


(est ce que j'avais déjà commenté sur ce blog moi finalement ?...)

Écrit par : F - S Mage | vendredi, 03 février 2012

F-S Mage : mais oui, rappelez vous, dans un passé lointain vous avez commenté ici à maintes reprises. L'autre Mouton est à l'abris de la poussière. Et oui, le commentaire était superflu, et étrangement énoncé. Sophie M. a déjà fait mieux.

Écrit par : joss | dimanche, 05 février 2012

En relisant ton billet, je me demande bien ce qu'il aurait été si tu t'étais satisfait des grandes chaines et non d'Arte.

Écrit par : vinzniv | dimanche, 05 février 2012

tu as raison, je crois que je vais désormais m'interdire de regarder les débats politiques, le risque est trop important.

Écrit par : joss | dimanche, 05 février 2012

Les commentaires sont fermés.