Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 22 mai 2011

Les bonbons de la caisse

A la caisse. Lundi. Je fais mes courses un peu au pif. Comme la semaine dernière. Comme la semaine prochaine. 19h peut-être. Je ne porte jamais de montre. Dans ce cas précis, ça m'évite de savoir combien de temps je perds. Je tiens mon gros sac de courses dans la main droite. Il me donne la douce conviction de faire un peu de muscu à l'oeil. Devant moi, deux personnes avec chacune un panier d'une contenance respectable, mais à roulette. Ces gens-là ne font pas de muscu. Sur ma droite le sempiternel étalage de bonbons, chewing-gum et chocolats. Je les regarde toujours en me demandant quel goût peuvent avoir les trois quarts d'entre eux. 

A la caisse d'Intermarché. Un vendredi. 19h. Comme tous les vendredis. Je tiens le chariot avec ma main gauche comme Maman me demande toujours de le faire. Papa regarde sa montre. Il reste trois chariots devant nous pour arriver à la caisse qu'il a choisie (parce que c'est celle avec la caissière qu'il aime bien). Il soupire légèrement. Il va rater l'émission sur le foot à la radio en rentrant. Je sais que ça l'agace. Maman est repartie chercher dans les rayons ce qu'elle a eu l'idée d'acheter à la dernière minute. Elle fait toujours ça. Ça m'agace. Je crois que ça agace Papa aussi. Il a commencé à manger le crouton de la baguette pour faire passer le temps. Je vais le regarder jusqu'à ce qu'il pense à m'en donner aussi. Ah. Quand même. Je regarde les bonbons qui sont mis à disposition à la caisse. Je crois qu'ils sont là pour les gens qui ont oublié d'en acheter dans les rayons normaux. C'est un peu bête quand même. Maman ça ne lui arrive jamais. Normal, elle retourne acheter ce qu'elle a oublié pendant que Papa et moi on fait la queue. Et qu'on mange du pain.

Je regarde les bonbons mais je n'y touche pas. Je sais bien que ça ne sert à rien. Mais quand même. J'aime bien les regarder. Mes préférés ce sont ceux qui sont vendus avec des petites boîtes allongées qui ont des têtes d'animaux. Il y a une tête d'animal que je n'avais encore jamais vue. Si je me rappelle bien ça doit faire la sixième que je vois. Avec mon frère on les regarde toujours ceux-là. Mais on ne sait toujours pas quel goût ils ont. Maman ne nous achète jamais de bonbons à cet endroit du magasin. C'est mal. D'après elle, ces bonbons sont pour les enfants pas sages qui réclament sans arrêt des choses à leurs parents et dont les parents ne savent pas dire non. Maman sait dire non. Elle le fait très bien. Et Papa sait dire "demande à Maman". Il le fait très bien aussi.

Après bien assez de muscu du bras droit je passe au bras gauche. En dessous des habituels chewing-gums, ils ont mis des fritures en chocolat qui n'ont pas pu trouver preneur avant Pâcques. Imaginer ces fritures abandonnées de tous me fait un petit quelque chose. Je visualise un chien à la SPA, désespérant de trouver une famille qui voudrait de lui. Je vois ses yeux pleins de désarroi qui me fendent le coeur. Je craque. Je fais tomber discrètement un sachet de friture dans mon gros sac. Ça fera ça de muscu en plus. Maman ne serait vraiment pas contente.

Commentaires

Pâques off course !!! mais sinon c’était tres bien

Écrit par : fiuuu | dimanche, 22 mai 2011

Je ne sais pas si je vois bien à quoi tu fais allusion, mais la prochaine fois que je croise ton chemin, rappelle-moi de t'offrir une boite de bonbons Pez. Il faudra juste que je trouve une boite "Titi le Canari" pour être raccord avec tes couleurs vestimentaires ^_^

Écrit par : Hubiquist | dimanche, 22 mai 2011

Merci. En quelques lignes tu m'as replongé dans ces petits moments de mon enfance. Je crois que j'étais un petit garçon pas sage: j'avais parfois le droit aux Pez ! (Finalement, ça a du bon de ne pas être sage)

Écrit par : vinzniv | dimanche, 22 mai 2011

J'ai un peu peur de commenter : tu es devenu si exigeant dans les commentaires... je me lance...
Tu m'as rappelé mes habitudes d'enfant... moi aussi tenais le chariot, là, juste à l'angle de la face arrière et du coté. Ça fait bien longtemps que je ne les ai pas faites avec ma mère. J'aurais presque envie. Quoiqu'après ma semaine, je vais peut-être attendre avant de réaliser ce rêve...
Ta mère tient les rennes de la maison en tout cas, d'une main de fer !
Il y a comme de la tristesse, ou un sentiment négatif qui transparait (tout à fait monsieur, transparait, ou suinte si tu veux que j'étale des verbes...) derrière tes paragraphes d'enfance. Un peu dérangeant.
Des bisous, mon petit Joss. (Je ne parle pas de ta taille)

Écrit par : Antoine | dimanche, 22 mai 2011

Reconnaissons-le c'est hyper bien dit. J'ai plongé comme les autres et je t'ai suivi , j'ai eu dix ans et je suis frustré car les distributeurs magiques à tête d'animaux m'échappent encore.
Un petit peu moins depuis que la friture est tombée dans le caddie quand même.
Ah que c'est bon d'être adulte et irresponsable...

Écrit par : Flavien | lundi, 23 mai 2011

Je me fais toujours la même réflexion à propos de la muscu. C'est pour ça que j'ai résisté si longtemps au fait de me faire livrer mes courses. Finalement c'est à travers ce genre de détail que nos maman nous ont inculqué les valeurs qui font de nous ceux que nous sommes aujourd'hui. Et tu peux être fier de la personne que tu es aujourd'hui.

Écrit par : ditom | lundi, 23 mai 2011

Je me souviens effectivement moi aussi avoir été régulièrement vert de jalousie devant les copains et copines qui arrivaient à l'école avec leur petit sac plastique plein de bombecs, et je trouvais la vie vraiment trop injuste :p

Écrit par : des fraises | lundi, 23 mai 2011

... tiens ça me fait penser que mes haltères prennent la poussière ...

Écrit par : des fraises | lundi, 23 mai 2011

ta mère m'intrigue beaucoup, ce n'est pas la première fois. une vraie control-queen de chez control-queen, de ces machines à faire des névrosés. No offense, hein. Mais je crois que j'ai croisé ses soeurs/cousines assez souvent pour les reconnaître. C'est de l'amour, c'est sûr, mais c'est névrosant.
Enfin bon, c'est structurant aussi, mais à un extrème tel que je me demande si ce n'est pas quand même un peu too much pour un enfant, quand je vois le mal que j'ai eu à me débarrasser de tout cela.
Bon, tu m'as renvoyé plein de choses, tu l'auras compris, c'est pas tellement ta mère, c'est surtout moi, mais elle m'a l'air d'une sacré louloute quand même.

Écrit par : cddb | mardi, 24 mai 2011

Céder à la tentation de ces friandises jadis interdites, c'est un joli "fuck off mother" que tu lui assènes à ta maman. Une manière de couper le cordon qui pendouille encore un peu et dans lequel tu te prends encore les pieds régulièrement. Ou alors c'est moi qui projette ma propre expérience sur ton récit ^^

Écrit par : Tambour Major | mardi, 24 mai 2011

TM, je suis content de voir que je ne suis pas le seul à parler à travers le prisme de mes névroses. On pourrait monter un club ?

Écrit par : CDDB | mardi, 24 mai 2011

@ CDDB : Névrosés de la blogosphère, unissons-nous !! :)

Écrit par : Tambour Major | mardi, 24 mai 2011

Mais tu ne grandiras donc jamais ?! pftttttttttt

Écrit par : PascalR | mardi, 24 mai 2011

fiuuu : il y a des mots comme ça que je ne sais pas écrire

Hubiquist : toutafé ! je veux mon canari

Vinzniv : ravi de t'avoir fait voyager, gamin pas sage

Antoine : oui, une nostalgie légèrement amère, c'est un peu ça.

Flavien : j'aime ce genre de plongeon de temps en temps (et merci)

Ditom : oui, que ce soit en bien ou en mal, la rigidité de ma mère est pour beaucoup dans la personnalité que j'ai aujourd'hui. Et dans mes valeurs, c'est indéniable.

Des Fraises : à vrai, plus que de la jalousie c'était surtout de la frustration de ne pas voir ma curiosité satisfaite. Pour tes haltères, je suis de tout coeur avec toi ;)

CDDB 1 : oui. Elle est est dure, elle est intransigeante, ça laisse des traces en bien ou en mal. Et en névroses, je n'en doute pas ;) Et je pense que ce billet doit envoyer beaucoup de choses à ceux qui ont connu un schéma familiale similaire.

Tambour Major 1 : en toute honnêteté je vois plus dans ce geste l'acte d'accéder enfin aux friandises tant convoitées que la trangression de l'ordre maternelle (que je crois avoir dépassé). Cela dit je comprends tout à fait l'écho que tu peux retrouver avec ta propre histoire.

CDDB 2 et Tambour Major 2 : on vous écoute !! ;)

PascalR : jamais !!

Écrit par : joss | mardi, 24 mai 2011

moi je ne mange pas de bonbons, je fais une exception avec les crocodiles jaunes de haribo, mais faut il encore trouver une bonne âme qui a un sachet avec des crocodiles jaunes de haribo, et tout pareil pour les m&m's bleus, mais c'est quand même rare de trouver une bonne âme comme ça dans la rue, qui a un sachet ouvert.
bref je ne mange pas de bonbons, je n'en ai jamais acheté, si ce n'est pour les enfants à la veille d'halloween, mais j'en connais un, dont je tairai le nom, mais qui peut passer de longues longues minutes devant le rayon des bonbons, il en connaît tous les paquets, toutes les marques ... :-)

Écrit par : fliptom | mardi, 24 mai 2011

Comme ta Môman je tenais "fermement" mes 2 rejetons.
Mais aux fameuses caisses, juste à la hauteur de Dom perché dans le chariot, les paquets de lait concentré sucré en berlingot lui faisaient la nique.
Plus d'une fois il réussit à "gagner" en douce le paiement de la friandise, qu'il partageait quand m^me avec son frère.
M'a pas l'air tellement névrosé, enfin , pas plus que sa mère !

Écrit par : mume | mercredi, 25 mai 2011

Ma mère a été odieuse elle!
Sur le chemin du retour de l'école, on passait devant la boulangerie. On voulait des bonbons mon frère et moi.
Elle sereine : "Han j'ai oublié mon porte-monnaie, c'est ballot!"
Tous les jours, elle nous faisait le coup!!!!

Écrit par : PascalR | mercredi, 25 mai 2011

Oh le gentil garçon !... Comme il est mignon ce petit ...
Viens, j'ai plein de bonbons et je vais t'en donner beaucoup si tu es sage ...
Tu aimes les bonbons n'est-ce pas ?
Allez monte dans la voiture, je vais te ramener à ta maison ...

(Voilà le début de la vraie histoire authentique du petit garçon qui s'appelait Joss ...)^^

Écrit par : MArC-Us | mercredi, 25 mai 2011

Fliptom : et bien il se trouve que moi non plus je ne mange à près jamais de bonbons (par contre, je peux pas en dire autant du chocolat)

mume : j'en conclue que le vol de friandise prévient l'apparition des névroses ;)

PascalR : tu es injuste, elle n'était nullement odieuse, juste étourdie !

MArC-Us : ça dépend c'est quoi la voiture ? je monte pas dans n'importe quoi, moi.

Écrit par : joss | jeudi, 26 mai 2011

ralalaaaaaaaaa.... les bonbons, que de souvenirs.

Écrit par : elliot | lundi, 30 mai 2011

c'est tellement mignon, bien amené, bien observé - monsieur Joss, votre talent littéraire grandit encore - lui. Une bise

Écrit par : le lapin givré | mardi, 31 mai 2011

Elliot : oui, même l'absence de bonbons constitue un souvenir

Le lapin givré : merci mais n'en faites point trop, pensez à mes chevilles ;)

Écrit par : joss | dimanche, 05 juin 2011

Les commentaires sont fermés.