Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 04 mai 2011

Retour sur terre, drama et caprices

En septembre dernier, mon retour des Seychelles fut difficile moralement. J'avais passé deux semaines à refaire le monde chaque matin en me levant et j'arrivais invariablement à cette conclusion : ma vie va forcément changer. A chaque retour de voyage mon esprit s'évertue en effet à ne pas accepter que la vie normale est faite de travail, de stress et de choses pénibles. Mon retour de ce petit séjour à Berlin en joyeuse compagnie la semaine passée ne fait pas exception. Après seulement quatre jours au pays de la boulette de bretzel (expérience gastronomique discutable), je reviens d'Allemagne en étant persuadé que ma vie ne peut pas décemment reprendre le cours qu'elle menait jusqu'alors.

Ma vie - professionnelle, s'entend - va prendre une toute autre dimension. Il ne peut pas en être autrement. Mon téléphone va sonner dans la journée et une voix mystérieuse va m'annoncer qu'on me veut pour écrire des chroniques à succès dans les meilleures journaux du monde et de la terre entière (d'ailleurs il est temps que je révise un peu ma géopolitique) ou même du onzième arrondissement (là ça va mieux).

Deux minutes plus tard, la sagesse et la raison aidant, je parviens à me convaincre que je vais simplement recevoir un mail m'informant que les héritiers de ma propriétaire décédée il y a quelques semaines, effrayés par les affres de l'immobilier, ont décidé de me céder gracieusement l'appartement dans lequel je vis. Après mûre réflexion je finirai pas accepter poliment cet acte plein de bravoure et de clairvoyance. N'ayant plus la contrainte de mon loyer à payer chaque mois que Dieu fait, je vais ainsi pouvoir oisivement penser à bailler bayer aux corneilles (depuis le temps que je voulais la caser celle-là).

Moi et moi-même faisons les cent pas dans ma tête à la recherche du subterfuge qui va me permettre de faire prolonger en apparence mon séjour berlinois. En guise d'opium j'écoute en boucle les chansons de Rosenstolz que Vinzniv a choisies comme accompagnement sonore de la magnifique vidéo souvenir, je lis avec parcimonie le livre que Rouge-Cerise m'a prêté sur place et que j'ai commencé lors du voyage retour pour le faire durer. Après deux jours de débat intense je parviens accepter que non, les voyages et les vacances ne sont pas la vie normale et je regarde avec une moue boudeuse les photos (vise un peu là-dessous la vue qu'on avait depuis le balcon de notre duplex XXL à deux-cents mètres de la Porte de Brandebourg...).

 

Capture d’écran 2011-05-04 à 21.50.26.png

(Photo pictured by Vinzniv)

Je me raisonne en martelant à foison cette phrase glissée par un ami il y a quelques temps : "la vie n'est pas un grand livre dont tu es le héros". Je continue à bouder. Pfffff. Je reprends une nouvelle fois courageusement le chemin du travail ce mercredi après la pause déjeuner et je commence à ressentir cette sensation pas si désagréable ou finalement la routine n'a rien d'insurmontable. Je suis dans le métro, tout va bien. Les gens autour de moi sont presque souriants, tout va bien. Je visualise mon programme de l'après-midi, tout va bien. Je n'ai presque pas envie de me rouler pare-terre, en hurlant que je veeeuuuux retourner à Berliiiinnn, tout va bien.

A deux mètres de moi, deux touristes se mettent à discuter en allemand. Aaaarrgh.

Ça va passer, ça va passer.

Commentaires

Tout va bien, sauf que même si dans ta tête le vide résonne, je suis sûr que toi tu te rAIsonnes, hein.
#CaCestConnasse

Écrit par : Ditom | mercredi, 04 mai 2011

C'est pas juste. Tu as corrigé pendant que j'envoyais mon commentaire. Je veux être remboursé... Même si je n'ai rien payé.

Écrit par : Ditom | mercredi, 04 mai 2011

Sinon, je trouve que tu ne te foules pas trop pour tes titres... Alors qu'avant, c'était quand même autre chose...

Écrit par : Ditom | mercredi, 04 mai 2011

Ditom 1 : Plait-il ?

Ditom 2 : et oui dès que j'ai vu la faute je me suis dépêché de corriger bien vite en pensant à toutes les connasses qui allaient se jeter sur l'occasion comme un vautour sur un cadavre de terroriste. Promis je te rembourse.

Ditom 3 : ah mais grave, ce titre il est vraiment nul.

Écrit par : joss | mercredi, 04 mai 2011

Je vais faire ma "connasse" aussi, mais tant qu'on y est: la bonne orthographe, c'est "bayer aux corneilles". Je dis ça comme ça...

Écrit par : DP | jeudi, 05 mai 2011

Oui, "bayer aux corneilles", franchement... C'est pas la peine de vouloir le caser depuis si longtemps si c'est pour le caser aussi mal!
Enfin, j'imagine que dans tes chroniques du 11ème, il sera plus souvent question des rats d'égouts que des corneilles du ciel... :-)
#Cacestconnasse!

Écrit par : BisB | jeudi, 05 mai 2011

hummm
jawohl !

Écrit par : fiuuu | jeudi, 05 mai 2011

Commence par troquer tes jeans et pantalons de costume contre lederhose bavarois porté au quotidien et tu verras comment ta vie va changer. Non non, ne me remercie pas, c'est un plaisir.

Écrit par : Tambour Major | jeudi, 05 mai 2011

Quand on pense à tous ces gens qui habitent à New York et à Berlin et qui rêvent de la vie parisienne, on se roule par terre.

Écrit par : Flavien | jeudi, 05 mai 2011

DP : je te remercie pas de donner de l'eau aux moulins des autres connasse qui sévissent ici !

BisB : mais justement je voulais caser "bailler aux corneilles" parce que ça c'est beaucoup plus original ! mais toi, bien sur, l'inventivité et la créativité ça te dépasse, mon p'tit !

Fiuuu : euh... je vais vérifier dans quelle genre de situation on utilise cette expression

Tambour Major : c'est bon j'arrête. Promis.

Flavien : New York ? c'est dans quel arrondissement, ça ?

Écrit par : joss | jeudi, 05 mai 2011

Idée de titre original, créatif, inventif et coloré "Berlin pinpin"
Ça me fait plaisir, vraiment.

Écrit par : PascalR | vendredi, 06 mai 2011

Quand tu voulais parler de connasse, tu parlais des connasseS?...

Écrit par : Rouge-cerise | vendredi, 06 mai 2011

Hu hu ...
Berlin pin pin ...
C'est la quintessence de l'humour potache d'un Elwé surmené ... ^^

Écrit par : MArC-Us | samedi, 07 mai 2011

Donc, finalement, tu n'as que des connasses ou des chaudasses dans ton lectorat.

Écrit par : Ditom | samedi, 07 mai 2011

Je ne voudrais pas être à ta place.

Écrit par : Ditom | samedi, 07 mai 2011

PascalR : j'y ai bien pensé mais j'ai eu peur qu'on m'accuse de te copier

Rouge-Cerise : en effet, j'ai du mal à intégrer le fait que tu ne sois pas seul dans ce cas

MArC-Us : Et encore, Elwë rentre de vacances, tu imagines comment ce sera dans une semaine

Ditom : mais non, bien sur, il y a toi et BisB

Écrit par : joss | samedi, 07 mai 2011

Au passage, il paraît que l'adresse de ce loft intéresse des gens ;)

Écrit par : Jonathan D. | lundi, 16 mai 2011

Les commentaires sont fermés.