Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 04 avril 2011

Des couleurs, un boxer et des chaussettes

Je t'ai raconté ici il y a un peu plus de deux ans que j'ai porté dans mon enfance une ravissante paire de baskets roses. L'expérience a duré quelques mois probablement (je n'ai pas de souvenirs si précis) avant que le rose ne soit reconnu comme follement dangereux et donc banni de ma garde-robe au grand soulagement manifeste de mes parents. A la réaction des gens de mon entourage j'avais fini par entrapercevoir que quelque chose clochait dans cet assortiment singulier de couleurs. J'ai compris plus tard que le rose n'était pas exactement en odeur de sainteté parmi les vêtements d'un garçon et je me suis rapidement fait une règle d'or d'afficher mon dédain pour la couleur des filles (rose, corde à sauter et dinette : même combat). J'entends encore ma mère me disant il n'y a pas si longtemps en passant devant une vitrine "ah non, toi, on sait bien qu'il ne faut pas te proposer de rose".

Avec les années, j'ai appris à choisir des teintes discrètes pour mes vêtements parce qu'il était tellement plus avisé de ne jamais être pointé du doigt pour quelque raison que ce soit et les tons les plus voyants étaient naturellement prohibés parce que jugés comme inconvenants (dans la toute première version de Bioman, la force jaune c'était une fille, que je sache !!). Lorsque j'avais dix-huit ou vingt ans ma mère désespérait de me voir constamment vêtu de noir, de gris ou de beige. Une fois ou deux j'avais tout de même été capable de faire preuve d'une audace dépassant l'entendement en portant du rouge bordeaux très sombre. Les autres couleurs me sautaient tellement aux yeux, c'en eut été presque indécent.

Je suis incapable d'expliquer pourquoi mais un jour dans une boutique j'avais craqué. Sur une lubie déraisonnée j'avais acheté un tee-shirt rouge vif et le vendeur avait eu la bêtise de me laisser faire. Impossible d'imaginer plus sanguin. Je l'avais essayé dans ma chambre en rentrant et j'avais trouvé que vraiment, c'était trop. Je l'ai remis au placard et il m'a fallu plus d'un an avant de l'en sortir. La première fois que je l'ai porté j'étais arrivé en cours presque tremblant à l'idée d'imaginer qu'évidemment tous les regards allaient se fixer et se figer sur moi, jaugeant et critiquant à n'en pas douter cette excentricité malvenue. Contre toute attente, j'ai survécu (si !). Ce rouge faisait toutefois encore largement exception au milieu de mon camaïeu de gris (large palette allant de la souris à l'anthracite).

Et puis quelques années plus tard encore, alors que j'avais commencé à mener une existence un peu moins conventionnelle, je me rappelle avoir été attendri (et charmé, aussi) à Nantes par un couple de garçons se tenant tendrement la main dans une salle de cinéma. L'un d'eux portait un sweat à capuche jaune qui lui allait à merveille. J'ai fini mon observation en me disant qu'il avait des traits assez proches des miens et que, finalement, le jaune n'était peut-être pas une couleur ennemie. C'était décidé, j'allais tenter sous peu de me convertir à la couleur des vainqueurs du tour de France. Et je l'ai fait. Un tee-shirt pour débuter. C'était une petite victoire, j'en étais si fier.

De jaune en jaune, je me suis constitué une panoplie quasi-complète avec en point d'orgue un bermuda citron du plus bel effet qui pas plus tard que samedi (les beaux jours arrivent), semblait encore surprendre certains clients de chez Monoprix. Pour te donner une idée, avec ce bermuda, nul besoin de gilet de sécurité. Mais point de rose. C'est encore trop, bien trop.

CIMG0195.jpg

Ce week-end, j'ai fêté en grande pompe et joyeux comité mes vingt-huit ans. A douze dans ma chambre on était laaaaarges. Le temps des cadeaux arrivé, j'ai découvert dans un paquet la lumineuse paire de chaussettes puis le bonbonneux boxer que tu peux voir sur le cliché ci-contre. Comme je le devinais à l'évidence, ces chaussettes me vont comme un gant. Je vais ainsi pouvoir illuminer tactilement parquets et moquettes avec grâce et raffinement. Le boxer, lui, c'est une sorte de révélation.

Les joyeux auteurs de cette surprise, que je remercie vivement, ne mesuraient peut-être pas toute l'étendue de la richesse de ce cadeau. Ce cadeau d'anniversaire, c'est en quelque sorte une revanche, la revanche de ces chaussures d'enfant, cachées honteusement dans un placard parce que pas assez consensuelles.

 

(Pour marquer le coup de cette revanche, il se murmure même qu'il existe quelque part une ou deux traces photographiques de mon premier essayage.)

Commentaires

Si tu insistes, la trace photographique de l'essayage peut être diffusée. ^_^
Sérieusement, en voyant ce boxer je l'aurais presque pris pour moi tellement qu'il est beau beau beau

Écrit par : vinzniv | lundi, 04 avril 2011

Quand je pense que j ai pleuré tout le week end pour ne pas avoir été invité a ton anniversaire !
Mais qu ai je fait de si mal ?!
Je me dégoute tiens, comme si je portais un sweat z capuche orange!

Écrit par : PascalR | lundi, 04 avril 2011

et des chaus-settes rouges et jaunes à p'tits pois, et des chaus-settes rouges et jaunes à p'tits pois...

Écrit par : Laurent | mardi, 05 avril 2011

Ah oui, les deux ensemble, et rien que ça, ce doit être d'un sexy des plus aboutis... :oP
(Il y a quelque temps, mon copain m'a offert un boxer rose tendre Armani du plus bel effet, ça m'avait fait très plaisir !)

Écrit par : Dominique | mardi, 05 avril 2011

Et les petits jerseys (mérinos, coton, cachemire, tu as même des mélanges soie-coton-cachemire) de Monop ? Tu as plein de couleurs, à la fois discrètes et audacieuses.

Écrit par : Al West | mardi, 05 avril 2011

Quel plaisir de vous relire régulièrement.
Vos arguments et documentations sont tout le temps délicieux. Très bon post.
Merci infiniment pour ces informations et liens. Je partage entièrement votre point de vue.
Un big merci donc
Continuez à poster sur votre blog.

Écrit par : epilation laser paris | mardi, 05 avril 2011

Moi je note quand même, c'est que vous êtiez 12 dans ta chambre et que tu as fait des séances d'essayage de boxer. Non mais c'était quoi comme soirée dis donc ??? lol

Écrit par : Christophe | mardi, 05 avril 2011

Je le trouve magnifique, ce boxer rose. Et puis, le sous-vêtement, personne d'autre que toi ne le voit : c'est la meilleure chose à faire pour s'habituer aux excentricités qui révèlent ta vraie personnalité.

Écrit par : Diabolito | mardi, 05 avril 2011

Un tout petit détail : ce manigfaïque boxer encore plus rose qu'un bisounours n'est, contrairement aux baskets, pas destiné à être exposé à la vue de tous. Tu peux donc le porter en toute "impunité" sans que personne ne le voit. Quel gâchis ^^

Écrit par : Tambour Major | mardi, 05 avril 2011

euh moi je porte des chemisettes roses l'été.
c'est grave docteur ?

Écrit par : fliptom | mardi, 05 avril 2011

Vinzniv : oh oui qu'il est beau... je l'adore

PascalR : je verse depuis hier soir des larmes de culpabilité

Laurent : je n'ai pas lu ce commentaire, je n'ai pas lu ce commentaire, je n'ai pas lu ce commentaire

Dominique : abouti, c'est le mot :D

Al West : laisse moi le temps, certains rayonnages sont un peu hauts pour moi

Epilation Laser Paris : OOOhhh comme c'est sympathique ! Nous partageons donc le même point de vue j'en suis tout chose... Bon et sinon j'ai droit à une truc gratuit, hein, dites ?

Christophe : j'avoue tout : c'était une soirée cheesecake

Diabolito : en plus, je porterai avec lui le souvenir de cette si belle soirée

Tambour Major : je tiens à mon impunité. Elle sied parfaitement à mon innocence

Fliptom : au contraire, je vais tâcher de faire pareil !

Écrit par : Joss | mardi, 05 avril 2011

Certes un boxer ou slip, plus largement tout sous-vêtement (à l'exception du string, du caleçon de vieux pépé et du slip kangourou qui sont vraiment moches) est destiné à être caché mais lorsque quelqu'un d'autre le voit, il doit lui donner l'envie de nous l'enlever!* ce qui est merveilleux avec cette partie de notre vestiaire.
*à l'exception du jockstrap car son but est de le garder pendant l'acte qui nous obligerait à enlever le slip ou boxer porté

Écrit par : Mers | mercredi, 06 avril 2011

bon je tiens juste à préciser qu'au Salon Maison et Objets du dernier trimestre 2010, on nous a dit que le rose décliné dans toutes ses teintes sera la couleur de l'année.
Et il suffit de faire un tour dans les boutiques pour homme, comme Devred par exemple pour s'en apercevoir.

Écrit par : fliptom | mercredi, 06 avril 2011

"... et puis un bonbonneux boxer ..."
Mais je rêve ou quoi ? Cette qualité ne concerne-t-elle pas la saveur d'un vin, d'un alcool, d'un gâteau ... ?

De même, un public attentif notera que si la date de péremption, fêtée en grande pompe, est largement valable ... le goût pourrait lui sembler quelque peu altéré ...^^

Écrit par : MArC-Us | mercredi, 06 avril 2011

tu es tellement mignon quand tu racontes ces anecdotes, petit Joss... (dîtes donc, jeune homme, vous ne faîtes pas vos 28 ans...)

Écrit par : le lapin givré | mercredi, 06 avril 2011

Mers : je ne serais pas aussi catégorique. On peut l'apercevoir ailleurs que dans l'intimité (samedi soir, c'était sûr)

Fliptom : j'ai fait le même constat en fin de journée...

MArC-Us : je maintiens le bonbonneux, je maintiens la fraîcheur !

le lapin givré : mais je t'assure, je mens pas sur mon âge, hein...

Écrit par : Joss | jeudi, 07 avril 2011

L'année prochaine, on sera là! ;)

Écrit par : Jonathan D. | dimanche, 10 avril 2011

Les commentaires sont fermés.