Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 14 mars 2011

Mots manquants, syndrome et fuite

Ce soir, en rentrant chez moi j'ai constaté que l'effroyable fuite d'eau en provenance de l'appartement de ma voisine du dessus s'était tarie par un miracle non expliqué (à moins que ce ne soit l'opération du Saint-Esprit, dans ce cas, tout est clair). J'ai alors été pris d'une violente envie de partager ma joie sur Facebook. L'oeil encore frétillant et le coeur battant au rythme de cette bonne nouvelle je me suis saisi de mon clavier pour tapoter les premiers mots qui me sont venus à l'esprit avant de cliquer prestement sur envoyer. Emporté par mon enthousiasme, j'ai aussi copié ces quelques mots vengeurs pour les coller sur Twitter.

Quelques minutes plus tard je me suis aperçu de la monstrueuse faute d'orthographe que j'ai ainsi joyeusement offerte en pâture aux vautours. Je te laisse juger par toi-même :

"Alors Moïse brandit sont bâton et la fuite d'eau de ma salle de bain s'interrompit #Miracle"

(Tu remarqueras que j'ai discrêtement souligné la lettre fautive afin que tu ne passes pas trois quarts d'heure à la rechercher. Je ne suis d'ailleurs pas du tout certain que ce soit la seule faute, je me demande même si on ne dit pas interrompît).

J'aurais vendu ma collection de fourchettes vietnamiennes pour pouvoir corriger cette faute immédiatement mais, hélas, des commentaires ayant déjà été déposés, il n'était plus possible de faire marche arrière. Et puis, il faut bien le dire, j'en ai un peu l'habitude. Mes phrases sont régulièrement truffées de fautes qui me font honte. Toutefois, si je ne suis pas avare en fautes d'orthographe banales, la bévue qui me guette le plus souvent c'est l'oubli de mots. J'en ai déjà parlé ici dans un billet assez ancien, j'ai toujours été plutôt bon en dictée mais dès qu'il s'agit de se concentrer sur le sens du texte et plus sur la mécanique de l'orthographe, mon esprit s'égare et la machine déraille. C'est donc d'autant plus criant lorsque l'on fait l'inventaire des mots manquants et en particulier lors de textes tapés. J'oublie d'ailleurs le plus souvent des mots importants qui donnent tout leur sens à mes phrases. Exemple dans un twitt où je parlais d'un billet écrit par Ubiquist en janvier, j'ai dit quelque chose comme :

"Je trouve que c'est réellement un très billet"

(voilà, ben merci d'être venu, hein)

Je pense qu'en compilant mes Twitts on arriverait sans doute à trouver des mots manquants dans un bon tiers d'entre eux. Je suis ainsi régulièrement la malheureuse victime des pires mauvaises langues de la toile, raillant les non-sens provoqués par mes omissions. Les plus médisants ont même baptisé cette tare le syndrome de Joss. Tu te doutes bien que j'encaisse de façon stoïque et exemplaire sans jamais chercher à répliquer, ce n'est pas mon geeennre...

Je ne sais pas exactement à quel moment c'est apparu. Je crois avoir le souvenir de ma mère fustigeant à l'occasion ce qu'elle qualifiait d'étourderies lorsqu'elle regardait mes devoirs mais cela n'était pas très fréquent. Il m'est arrivé quelques grosses gamelles au collège en orthographe mais là encore, rien de bien extraordinaire. Je me rappelle fort bien en revanche à la fin de mes études m'être pris une remarque salée par le correcteur d'un de mes rapports de stage m'accusant de ne pas me relire et qui avait conclu que mon niveau en français était mauvais. J'avais sans doute répondu quelque chose comme "oui, tu as raison, je suis une pauvre tâche" en opinant du menton.

Je ne compte plus depuis longtemps les fois où je me serais mordu les doigts de pieds (c'est une image, hein) en relisant des mails que je venais d'envoyer. On n'a pas encore inventé, le correcteur orthographique qui te souligne les mots que tu as oubliés, ce ne serait pas pourtant pas bien compliqué, chuis sûr. D'ici là, j'ai beau me relire à l'infini, il en reste toujours entre les mailles du filet alors que je suis pourtant assez bon pour corriger les textes écrits par d'autres. Tu n'imagines pas l'angoisse que je vis à chaque envoi de mail important au travail, relisant mot à mot chacun de mes paragraphes à la recherche de ... justement, à la recherche de ce qui n'est pas là. Et des mails importants, j'en écris bien assez comme ça. Jusqu'à maintenant - je touche du bois et de la peau de Schtroumpf - je suis toujours parvenu à éviter la catastrophe. J'imagine tout de même que si tu lis ce blog de façon plus ou moins régulière il t'est arrivé de te gausser en silence de mes oublis à répétition sans parler des atrocités orthographiques (vilain, vas !).

Je tente toujours d'y remédier mais les résultats ne sont pas vraiment probants. J'en arrive toujours à cette même conclusion pour me rassurer : quand je serai grand, je réussirai à écrire normalement, c'est certain. Hélas, en attendant de grandir, mes mots continuent à disparaître régulièrement et je n'ai toujours pas trouvé d'où vient la fuite.

Commentaires

c'est vrai que je remarque parfois (souvent ?) que des mots manquent ; je ne savais pas que ce syndrome portait un nom ! Bon, les fautes d'orthographe, des tas de gens en font - il est même rare de trouver un menu de restaurant SANS faute. Et sans ces petites bévues ce blog serait trop parfait, alors un peu d'humanité nous fait du bien, finalement, petit bonhomme !

Écrit par : le lapin givré | lundi, 14 mars 2011

Bon alors si je peux me permettre, et en toute amitié, j'eus écrit:
"Et des mails importants j'en écris bien assez comme ça"
"il t'est arrivé de te gausser"
"vilain, va!" (impératif)
et "interrompit" est correct puisqu'il n'est pas prévu au subjonctif
Seulement trois fautes/omissions, ce n'est pas la mort!
17/20 ça te va?? ;=))

Écrit par : Mianux | lundi, 14 mars 2011

"ce ne serait pas pourtant pas bien compliqué": Tiens, le Syndrome de Joss à l'envers...

Écrit par : Rouge-cerise | lundi, 14 mars 2011

Je ne te félicite pas chenapan! S'il ne manque pas de mots dans ce billet, il manque toutefois une phrase entière !!! Ça empire!
Avec " J'avais sans doute répondu quelque chose comme "oui, tu as raison, je suis une pauvre tâche" en opinant du menton." il manque la suite : " ... Les yeux rougis par mes larmes que j'avais grand peine à retenir, la morve au nez descendant et remontant au rythme de mes sanglots".

Écrit par : PascalR | lundi, 14 mars 2011

Les mots perdus se ramassent à la pelle, les souvenirs et les regrets aussi.

Écrit par : Flavien | lundi, 14 mars 2011

Ma pensée va souvent plus vite que ma frappe. Moi ce sont les articles que j'oublie souvent. Je me dis souvent que je vais acheter un Bled pour revoir mes conjuguaisons.

Écrit par : Gouli | lundi, 14 mars 2011

Non, tu n'es ni malade ni atteint d'un syndrome quelconque. Je suis sur qu'il existe sur le net une entité maléfique qui génère automatiquement des fautes d'orthographe et supprime aléatoirement des mots dans frases.

Écrit par : Tambour Major | lundi, 14 mars 2011

@ Joss : as-tu essayé saint Antoine pour les mots égarés ? (Pour la salle de bains, je te ferais bien une ordonnance de saint Expédit, mais je n'ai pas encore le diplôme)
@ Mianux : et zyva, ou vas-y, avec ou sans s ?
@ Rouge-cerise : serait-ce ce qu'on appelle l'écholalie ?
Amicalement.
Al

Écrit par : Al West | lundi, 14 mars 2011

Et s'il s'agissait d'une légère dyslexie bénigne au lieu de simples fautes d'inattention ?

Pour ce qui est de la relecture des mail, je te recommande de les relire, phrase par phrase du bas vers le haut, comme ca tu peux te concentrer sur l'orthographe et la structure au lieu de te concentrer sur le sens.

Écrit par : Mers | lundi, 14 mars 2011

Pauvre tache !
Par ex : Joss est une pauvre tache qui tâche de ne pas se faire de taches en accomplissant sa tâche.
(soyons honnête, j'ai dû vérifier dans un dico...)
Et puis comme m'avait dit un adorable moufflet dans ma classe de CM à propos de fautes d'orthographes : est-ce que ça te dérange vraiment beaucoup ?
Et puis c'est pas pour dire mais tant qu'à dire...y a bien pire que toi sur la blogosphère dans ce domaine !

Écrit par : laplumequivole | lundi, 14 mars 2011

Que celui qui n'a jamais omis un mot, raté un accord ou fauté sur une conjugaison te jette la première pierre ! (tu vas attendre tranquillement un bon moment :-) ).

(bien penser à relire et à retourner 7 fois mon clavier dans la bouche avant de cliquer sur "Envoyer")

Écrit par : Hubiquist | lundi, 14 mars 2011

le syndrome de joss est un hommage, une douceur à mettre sur le compte de la licence poétique.

Écrit par : vinzniv | lundi, 14 mars 2011

le syndrome de joss est un hommage, une douceur à mettre sur le compte de la licence poétique.

Écrit par : vinzniv | lundi, 14 mars 2011

oops, j'ai fait un contre syndrome ! Tu vois combien tu nous inspires ?

Écrit par : vinzniv | lundi, 14 mars 2011

> Joss : Peut-être que tous ces mots qui disparaissent depuis des années forment une phrase mystérieuse ou mieux : une longue formule magique !
> Al West : "Vas-y" avec un "s", oui, parce qu'on en ajoute un (pour la liaison) à l'impératif devant "en" ou "y". Mais dans le cas présent, il n'y en a pas !

Écrit par : christophe | lundi, 14 mars 2011

Ah, merci Christophe. Je pressentais bien cette règle, mais probablement je devais penser à aut'chose quand manoiselle Moisan me l'a enseignée.
Je bise respectueusement tes pieds.
Al.

Écrit par : Al West | mardi, 15 mars 2011

Si tu n'avais pas demandé à ta mère de tes devoirs aussi...

Écrit par : Ditom | mardi, 15 mars 2011

Ah pardon j'ai oublié un.

Écrit par : Ditom | mardi, 15 mars 2011

Je ne sais vraiment pas ce j' aujourd'hui... Bref, si tu avais fait tes devoirs toi-même, tu plus avancé et tu ne toutes ces fautes d'inattention...

Écrit par : Ditom | mardi, 15 mars 2011

Moi je trouve que tu en fais peu sur ton blog des fautes, la plupart des gens que je lis en font bien plus que toi. Et dans l'article précédent, tu as même écrit deux fois de suite "comme" pour compenser. ;)
Le fait de bien savoir corriger les autres mais de faire des fautes soi-même, c'est très courant, ça m'arrive aussi... On est bien plus concentré sur le sens quand on écrit.

Écrit par : Diabolito | mardi, 15 mars 2011

Le lapin givré : mais bien sur ! je fais ça par désir de non-perfection

Mianux : j'avoue, tu n'as pas tout vu ;)

Rouge-Cerise : tu sais bien que j'aime me diversifier

PascalR : décidément Gisèle, on ne peut rien vous cacher. C'est pas au vieux singe...

Flavien : les mots perdus se ramassent parfois à la benne !

Gouli : moi je me dis souvent que je vais m'acheter un tête.

Tambour Major : tu m'aideras à débusquer l'entité maléfique ?

Al West : Vous me mettrez deux Saint-Antoine. Et qu'ça saute !!

Mers : le relecture de bas en haut, je vais essayer ça

laplumequivole : je dois dire que non, les fautes chez les autres ça ne me gène pas tant que ça

Hubiquist : j'ai beau lire et retourner ton commentaire sous toutes les coutures, je n'y trouve pas de coquille, c'est très énervant.

Vinzniv : oui je vois à quelle point ma poésie vous inspire et vous ravit. Trois fois plutôt qu'une ;D

christophe :cette formule serait assez compliquée mais le raisonnement se tient fort bien...

Ditom : t'es vraiment qu'une espèce de petit.

Diabolito : c'est crédible si je dis que le double comme était volontaire ? (une figure de style de mon cru).

Écrit par : Joss | mardi, 15 mars 2011

Pour éviter ce genre de Josserie, j'ai pris l'habitude de lire les mails ou rapport importants au bureau à voix haute et lentement. Je n'ai encore rien trouvé de plus efficace

Écrit par : Fab' | samedi, 19 mars 2011

Fab' : à vrai dire, même à voix haute, il m'arrive de prononcer des mots qui ne sont pas sur l'écran. Tu vois comme c'est grave !

Écrit par : Joss | dimanche, 20 mars 2011

Les commentaires sont fermés.