Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 11 avril 2010

Les chansons, les fesses de Jérôme et l'adorable inconnu

Hier soir, alors que notre hôte Rouge-Cerise et moi croisions dans l'escalier la voisine de palier accueillant l'un de ses invités vers 22h30, elle s'excusait déjà du regard en précisant qu'il y aurait probablement un peu de bruit au cours de la soirée.

 

La soirée de la voisine et ses nombreux amis fut musicalement animée. Elle fut fort variée sans toutefois atteindre de véritables sommets (je m'obstine à penser que Johnny Hallyday chantant allumer le feu ne constitue pas un sommet, Rouge-Cerise partage d'ailleurs mon avis). Et puis, il y eut les chansons à boire. A de multiples reprises. Enfin il y eut surtout les nombreux refrains invitant les participant à dévoiler leur postérieur au reste de l'assemblée. Tu sais, ce refrain si subtil et délicat qui se conlut par : "Allez Jérôme montre nous tes fesses, allez Jérôme montre nous ton cul" (NB : ça marche aussi avec Mathieu, Olivier, Christophe ou Jean-Claude, si tu préfères. Ou même Brigitte).

 

Hélas, le mur étant désespérément opaque, nous n'avons pas vu si Jérôme s'est exécuté et, le cas échéant, s'il y avait matière à y prêter attention. Nous nous sommes donc malheureusement contentés de prêter l'oreille sans pouvoir déterminer l'issue de ces échanges à tue-tête accompagnés de sauts à pieds joints dont le but n'étais pas visiblement, d'aider les voisins à trouver le sommeil. Les joutes animée auront duré au moins jusqu'à deux heures trente, moment où je crois avoir définitivement sombré dans le sommeil alors que je me demandais si le plancher de l'appartement tiendrait jusqu'au lendemain.

 

Au petit matin, Rouge-Cerise ayant eu à coeur de montrer qu'il est un hôte de qualité, s'en est allé faire un crochet par la boulangerie. Par une magie qui nous échappe, l'un des convives de la soirée était alors en train de dormir sur le palier (quelle douce soirée décidément). Quelques minutes plus tard, à son retour de la boutique à croissants, le dormeur du palier s'était évaporé laissant uniquement derrière lui son Blackberry Nokia E71. Nous récupérons précieusement ledit téléphone et je m'engage sur l'honneur à tenter de retrouver par tous les moyens le dormeur du palier et lui restituer son bien.

 

Un petit déjeuner plus tard, Rouge-Cerise parti rouler des mécaniques avec ses amis motard, je découvre que le dormeur du palier est repassé par ici, ayant laissé un mot sur la porte de la bruyante voisine lui disant qu'il a perdu son téléphone et l'attend dans un vague café près de la station de métro la plus proche en signant B. Il est onze heures, je me fais plaisir à marteler la porte et jouer de la sonnette. Rien. Je remets une nouvelle salve cinq minutes plus tard. Rien.

 

N'écoutant que le bon samaritain qui m'anime chaque minute que dieu fait, je me saisis du téléphone en question et me rends près de la station de métro évoquée en me disant que tout de même ce que je fais n'a pas de sens. Par ce beau dimanche matin ensoleillé, j'approche de la fameuse station de métro, une terrasse toute proche et un client isolé dont le visage exprime très clairement : "j'ai passé la nuit à chanter des chansons où je demandais à mes copains de me montrer leurs derrières avant d'aller ronfler sur un palier". Je lui demande donc s'il ne s'appelle pas B. et n'a pas perdu un téléphone, je te laisse deviner la suite, sa surprise, son soulagement, tout ça tout ça. Il a trouvé mon geste adorable. Vraiment A-DO-RA-BLE.

 

Moi aussi, j'espère bien que le jour où j'aurai égaré mon téléphone, un adorable inconnu viendra me le rapporter sans que je sache ni comment ni pourquoi alors que je bois un café à une terrasse par un dimanche matin ensoleillé. Y a des chances que ça arrive, tu crois ?

Commentaires

Déjà, il faut commencer par perdre son téléphone. Et franchement, moi, ça, ça me fait flipper d'avance...

Écrit par : Antoine | dimanche, 11 avril 2010

Soyons précis: ce n'était pas un BlackBerry mais un Nokia E71.

Écrit par : Rouge-cerise | dimanche, 11 avril 2010

Faudra aussi envisager de dormir sur le palier...

Écrit par : jp | dimanche, 11 avril 2010

Envisager aussi de montrer son cul après avoir écouté Johnny et éructé des chants à boire...Pfuuu, quel sacerdoce !

Écrit par : KarregWenn | dimanche, 11 avril 2010

Je ne sais jamais. Du blackBerry, c'est au cassis ou à la myrtille ?

Écrit par : Kab-Aod | dimanche, 11 avril 2010

Rhô, moi, la dernière fois que j'ai trouvé un cellulaire, c'était dans mon coupé sport, après qu'il se soit fait visiter par des importuns. Du coup, j'étais allé déposer plainte, j'y suis retourné déposer la preuve (ou suspicion de). Jamais eu de nouvelles des gens en uniforme (c'est bien eux, ça, ils sont les premiers à te tirer les vers du nez, mais niveau feed-back, quedal. Rien. Nada, niet, que pouic).

Écrit par : Al West | lundi, 12 avril 2010

"Perdu gentille petite chatte angora couleur lilas aux yeux bleu clair de quatre ans nommée Clopinette. Forte récompense."

J'en profite de passer l'annonce de ma vieille voisine (celle-là même qui distribue en douce des images de Ste Thérèse de l'Enfant-Jésus ou de ND de Lourdes dans ma boite aux lettres).
On ne sait jamais, hein ? (Merci !) ^^

Écrit par : MArC-Us | lundi, 12 avril 2010

c'est dur de te rencontrer !

Écrit par : fiuuu | lundi, 12 avril 2010

Antoine : moi aussi, ça me terroriserait tu sais

Rouge-Cerise : je suis si novice, tu sais bien

Jp : il y en a que ça semble ne pas gèner ;)

KarregWenn : il est vrai que celà demande quelques compromis avec le bon goût

KabAod : de la mûre ! de la Mûûûre !

Al West : tu aurais du le garder et le torturer pour le faire parler

MArC-us : le message est passé. Les recherches débutent.

Fiuuu : je te retourne la remarque !

Écrit par : Joss | lundi, 12 avril 2010

@MArC-Us : ça m'intéresse, ça m'intéresse !
@Joss : bah il était déchargé / éteint, tu penses bien ! (je suis débile mais j'ai vérifié)

Écrit par : Al West | mardi, 13 avril 2010

@MArC-Us (précision) : pas la chatte, les images.

Amicalement.

Al.

Écrit par : Al West | mardi, 13 avril 2010

moi du moment que ce sont les fesses d un garçon, ça me va bien
les préférées étant celle de mon copain

Écrit par : fliptom | mardi, 13 avril 2010

Al West : tu fais bien de préciser, je te croyais passionné par une chatte tout à coup

Fliptom : oui ben des fois, ça demande réflexion tout de même. Si !

Écrit par : Joss | mardi, 13 avril 2010

J'ai tendance à croire que oui, si on a un souci, les gens ont une âme plutôt charitable et ferait ce bon geste.
J'ai lu quelques belles histoires de ce genre, de portefeuilles retrouvés grâce à Facebook par exemple. J'aime bien :)

Écrit par : Jonathan D. | lundi, 19 avril 2010

Les commentaires sont fermés.