Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 13 décembre 2009

Le cours d'éducation sexuelle (1)

(billet inspiré après une lecture chez Monsieur CDDB)

J'étais en quatrième, année sans histoire qui me voyait aller vers mes quatorze ans. Mr T. le prof principal nous avait annoncé que tel jour (le 32 mars ou quelque chose comme ça) nous n'aurions pas les cours prévus mais nous serions avec Mr et Mme Machinchose. Il y eut une sorte de flottement dans les rangées de tables, la populasse ne sachant si elle devait se réjouir de ce mystérieux changement. Il y eut, je crois, une question à laquelle aucune réponse ne vint en retour.

Toutefois, à quelques mètres de moi, je vis Brigitte qui pouffait généreusement. Brigitte avait une soeur aînée - ou un frère, je ne sais plus - qui avait déjà croisé la route des Epoux Machinchose. Elle nous expliqua avec un sourire géné que les Epoux Machinchose rencontraient les classes du collège pendant une demi journée pour une séance d'éducation sexuelle. Ce ne fut donc pas un motif de réjouissance à mes yeux. A cet âge, imaginer une séance d'éducation sexuelle, pour moi, c'était imaginer la pire des tortures, c'était comme si on allait me forcer à aller au collège en chaussons  et avec un serre-tête rose.

J'entendais bien autour de moi des récits de flirts, il y avait semble-t-il des romances qui commençaient à se former et je me demandais si pour certains la vie allait bientôt ressembler celle de Justine et Jérôme dans Premier Baiser. J'étais totalement étranger à ce genre de scénarios mais mon tour viendrait. C'était une évidence. Mais il viendrait plus tard. Plus tard, quand j'aurais enfin grandi et rattrappé les autres garçons en taille, quand j'aurais décidé de m'intéresser aux filles (parce que pour l'instant les cours, c'est quand même trop important pour se disperser avec une relation amoureuse). Et, aussi, lorsque je me serai décidé à arrêter de penser à ces garçons que je voyais à la télé. J'avais vu certains de mes copains de classe changer de comportement avec les années. Certains se mettaient à parler des filles d'une façon qui me mettait mal à l'aise. Parfois, cela semblait virer à l'obsession. J'avais fini par me dire que j'étais quelqu'un de bien plus mesuré, plus tranquille. Et ma vie amoureuse (le terme "sexuelle" eut été largement usurpé) se résumait comme tu t'en doutes à quelques vagues rêveries projetées le soir sur le plafond de ma chambre.

Le jour J arriva. Mme et Mr Machinchose semblaient avoir l'âge de la retraite. Dans mon souvenir, c'est essentiellement elle qui animait la séance. Elle arborait une coiffure que je n'avais jamais vue avant, une sorte de chignon sans noeud visible (tu ne vois pas comment c'est possible ? moi non plus). Ils ont commencé à expliquer les choses de la vie et la puberté dans une atmosphère toute bonne pensante. Ils menaient leur exposé en s'appuyant sur des diapositives. Ils en sont arrivés au sexe et au corps à proprement parler. Elle s'est mise à dire que les corps étaient beaux et que l'on ne devait pas les cacher autant qu'on a l'habitude de le faire dans notre société. Elle joignit le geste à la parole en appuyant sur la télécommande de l'appareil à diapositives.

Il y avait sur l'écran une photo avec trois hommes et trois femmes nus représentants les différents stades de l'évolution vers l'âge adulte. Je sais que je me suis mis à rougir. C'était la première fois que je voyais des corps totalement nus en photo. Elle ne laissa le cliché que quelques secondes à l'écran. Je me rappelle avoir été partagé entre le soulagement de voir disparaître ces corps intimidants et la frustration de ne pas avoir pu observer certains détails avec plus d'attention. Ce fut le moment de la pause. Elle nous dit alors que nous pouvions poser chacun anonynement la question que nous voulions sur un papier et elle répondrait à chacune des questions après la pause. J'avais déployé des trésors d'imagination pour poser une question qui ne m'engageait à rien en restant tout ce qu'il y a de plus chaste. Je m'en rappelle mot pour mot : "Est-ce que le sentiment amoureux est toujours aussi fort quelque soit l'âge" (oui, plus niais tu meurs, je sais). Je remis mon papier comme les autres et m'en fuis, soulagé, en récréation.

Au retour, elle dépouilla comme prévu les questions que nous avions posées. Je trouvais que certaines étaient plutôt osées. La mienne passa comme une lettre à la poste, je regrettai finalement d'avoir demandé quelque chose de si banal. Et puis, vers la fin du dépouillement, vint LA question, celle qui est venue piquer mon esprit et le mettre dans tous ses états. "Que pensez-vous de l'homosexualité ?"

Mon coeur s'est mis à battre fort parce que je savais au fond, malgré tout ce que je me répétais  depuis quelques temps à longueur de soirée avant de m'endormir, que ce genre de chose allaient me concerner. Mon coeur se mit à battre fort aussi pour une autre raison : j'espérais de tout mon être que personne n'allait s'imaginer que j'étais l'auteur de cette question.

Elle marqua un silence avant de commencer à répondre.

Commentaires

*attend impatiemment la suite pour te poser une question sur un bout de papier*

Écrit par : Carlton Jacquier | dimanche, 13 décembre 2009

La suite s'il vous plaît! LA SUITE.
Même après plus d'une année d'infidélité à la blogosphère, tes posts sont toujours aussi savoureux. Ca donne envie d'aller voir mes anciens chouchous.

Bonne soirée.

Écrit par : Celui qui pensait | dimanche, 13 décembre 2009

Frustration intense! Mais c'est marrant comme dans le troisième paragraphe, je retrouve le moi de 3ème, avec tous les collègues qui ne pensent plus à rien d'autre qu'aux filles, et moi perdu au milieu de ça, me pensant juste trop formaté par les Disney et les grandes histoires d'amour qu'il faut attendre sagement qu'elles arrivent plutôt que de voir la réalité en face… En tout cas j'attends impatiemment de savoir ce que Mme Machinchose a répondu après son silence.

Écrit par : Yod'ah | lundi, 14 décembre 2009

Souvenir largement partagé !

Écrit par : christophe | lundi, 14 décembre 2009

Très bien raconté tout ça, et quelle habilité pour maintenir le lecteur en haleine ;)

Jamais eu de cours d'éducation sexuelle moi :( Par contre c'est en quatrième aussi que mon homosexualité est devenue une évidence.

Écrit par : yuto | lundi, 14 décembre 2009

Frustation terrible que de terminer un épisode en queue de poisson et ne pas savoir la suite

Écrit par : Moi et autrui | lundi, 14 décembre 2009

alors moi je me souviens des cours de 5ème (contraception - avec 2 infirmières) 4ème (reproduction - franchement, je pensais pas à me reproduire moi à cet âge - avec une prof largement ménopausée, aucune envie d'aborder le sujet avec elle)

Écrit par : fliptom | lundi, 14 décembre 2009

Carlton Jacquier : tu prépares ton crayon ?

Celui qui pensait / Phenyx : bien-re-venu !

Yod'ah : voilà c'est ça, un formatage fleur bleue

christophe : ça fait plaisir de voir après coup qu'on était pas seul à passer par là

Yuto : t'as pas raté grand chose ;)

Moi et autrui : je suis navré, vraiment

Fliptom : pour la contraception, rien ne vaut le prof de bio que j'avais au lycée et ses démonstrations imagées...

Écrit par : Joss | lundi, 14 décembre 2009

Flatté, j'attends la suite !!

Écrit par : CDdB | mardi, 15 décembre 2009

quelle belle ecriture qui me fait penser aux deux heures d'educ sexuelle et de mes mattages de mes pottes dans les vestiaires du gymnase :)

Écrit par : fiuuu | samedi, 19 décembre 2009

Fiuuu : tu aurais fait des choses pareilles ? ça m'étonne de toi !!

Écrit par : Joss | samedi, 19 décembre 2009

Les commentaires sont fermés.