Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 23 janvier 2007

Considérations personnelles d'orientation

Aujourd'hui j'ai reçu un mail évoquant la possibilité de commencer des études de journalisme. C'est une chose que l'on m'avait proposé à un moment dans mes études. Après y avoir réfléchi j'avais choisi de ne pas insister (je n'en ai pas forcément les capacités, je ne me voyais pas demander à mes parents de payer le prix d'une école...). Pourtant, le mail que j'ai reçu a quelque chose d'intéressant (mais pas pour moi, donc), une possiblité pour quelqu'un qui se rend compte que son choix n'a pas été le bon de changer de voie, on ne sait jamais. L'occasion est à saisir rapidement, si des gens sont intéressés.
 
Juste après le bac (obtenu en 2001) (avec mention, hein !). Je me suis lancé dans des études de pharmacie. Je me voyais bien devenir pharmacien assistant dans une officine pour écouter cette chère Madame Michu me raconter ses misères et lui vendre son médicament, le Sorbatumalox. Mais je n'étais pas du tout intéressé par les matières scientifiques. Savoir comment fonctionnaient les rudiments de la mécaniques quantiques revétait à mes yeux une importance toute relative (c'est un doux euphémisme) et je ne mettais donc que peu d'enthousiasme dans mon travail.
 
Ce qui me plaisait vraiment c'était l'idée de montrer à Madame Michu qu'elle est écoutée : "oui, Mme Michu, le Sorbatumalox est un médicament très efficace", "oui, le docteur D. est vraiment un très bon médecin", et surtout "Mme Michu, il faut garder le moral, le Printemps arrive".
 
Ce qui devait arriver arriva, non, pas le printemps, mais mon échec au concours d'entrée en deuxième année (55 reçus pour environ 200 inscrits). J'ai alors suivi une réorientation qui m'a amené vers les études que je termine cette année. Aujourd'hui je ne suis pas sûr d'avoir fait le bon choix (y a t'il un bon choix ?) mais je pense sincèrement qu'il n'est pas mauvais. Et puis je crois faire partie d'une génération qui ne fera pas le même métier pendant toute une vie.
 
Je n'ai jamais eu ce qu'on pourrait appeler une vocation pour quoi que ce soit. Je n'ai jamais su quoi répondre à la question "et toi qu'est-ce que tu veux faire quand tu seras grand ?".
 
Peut-être parce que quand à 23 ans on en est encore à 1m66, on commence à se rendre compte que l'on ne sera jamais grand ;-) , en tout cas pas comme je l'imaginais à 8 ou 9 ans...
 

Commentaires

Je suis très intéressée par ce mail que tu as reçu, si toutefois il ne s'adressait pas à toi personnellement mais à un plus large public. Je viens en effet de quitter mon boulot, eh oui finalement il ne me convenait pas (prof des écoles) et je suis en plein doute. Mais journaliste, c'est mon rêve de gosse, j'adore lire, et plus encore j'adore écrire. Si c'est possible, peux-tu m'en dire un peu plus? Tu as accès à mon mail je crois. Merci beaucoup!

Écrit par : Lilie | mardi, 23 janvier 2007

moi j'ai 40 ans 1m69 et je me sens de mieux en mieux !

Écrit par : aliscan | mardi, 23 janvier 2007

"Et puis je crois faire partie d'une génération qui ne fera pas le même métier pendant toute une vie."
Je suis à 100% d'accord avec toi sur ce propos. Il faut être réaliste, c'est pure utopie que d'imaginer pouvoir vivre toute une vie du même métier. Enfin, je dis cela, mais c'est que cela dépent du métier aussi. Pour ma part, je suis lancé dans l'enseignement et la recherche. J'ai dejà travaillé dans différents domaines avant. et je pense que dans ma vie je ferais plus d'un métier. Et quelque part, j'y trouve de la satisfaction... après tout, c'est assez compliqué à accepter car trouver un emploi c'est déjà dur. Mais on ne recherche pas la même chose à un âge et à un autre. On a pu les mêmes aspirations, on est prêt à certaines concessions... qu'en penses tu ?

Écrit par : Thanos aka mr brightside | mardi, 23 janvier 2007

Je suis tout à fait d'accord avec Thanos... Mais je pense aussi qu'un même métier peut apporter des choses bien différentes à des moments bien différents. Encore faut-il trouver le moment et l'énergie pour se remettre en question. Un même métier dans deux endroits différents n'est jamais tout à fait pareil. Alors, si, on peut avoir la même profession toute sa vie, sans jamais s'être ennuyé ou lassé, non ?

Écrit par : Marinette | mercredi, 24 janvier 2007

Je conçois tout à fait ne pas faire le même métier toute ma vie, et pourtant, je suis en logistique et donc apporter un certain changement chez les autres, et ça ne me fait pas peur de dire, pendant 40 ans à tout le monde : "changez pour du mieux, améliorez vous !" :-D

Écrit par : Jonathan D. | mercredi, 24 janvier 2007

Mais pourquoi j'étais persuadé jusqu'à cet article que tu avais 30 ans ou presque??? En fait, ça vient sûrement du fait qu'on ne voit qu'une moitié de toi... Et dans quelle ville tu étudies?

Écrit par : martin | mercredi, 24 janvier 2007

"Il n'y a pas de grands, il n'y a pas de petits. La bonne taille, c'est quand les pieds touchent par-terre." (Coluche)

Si tu n'es pas grand en taille (c'est ton avis, mais on est toujours petit pour quelqu'un et grand pour quelqu'un d'autre), tu l'es du moins en sagesse. Je trouve que tu as beaucoup de réflexion pour un p'tit bonhomme de 23 ans ;-)

Tu as bien compris qu'il n'y avait pas de bon choix, mais qu'il fallait éviter d'en faire un mauvais, bravo !
Il n'y a pas de bons choix, tout simplement parce que toute profession à ses inconvénients et qu'au bout de quelques années, si l'on est un peu pessimiste, on ne voit plus que cela ! Deux solutions, alors : se réorienter, ou apprendre à voir le verre à moitié plein...

Écrit par : Antinoüs | mercredi, 24 janvier 2007

>> Aliscan : et bien moi aussi, finalement, aujourd'hui je vis très bien ma petitesse !

>> Thanos : oui je crois que nos attentes changeront (cela n'engage que moi) et personnellement ça me plaît assez de penser que je ne resterai sans doute pas figé.

>> Marinette : oui, le même métier dans deux entreprises différentes ça n'a parfois rien à voir, c'est certain.

>> Jonathan D. : et bien j'admire cette motivation que tu as sur un si long terme.

>> Martin : Pour une fois qu'on me vieillit, je ne vais pas me plaindre :-) Je fais mes études à Angers (ce mystère a été percé dans les commentaires du billet intitulé un instant ailleurs)

>> Antinoüs : merci. le verre à moitié plein, c'est important.

Écrit par : Joss | mercredi, 24 janvier 2007

La première réflexion que ça m'inspire, c'est qu'une école (privée qui plus est?) qui démarche des futurs étudiants de la sorte n'est ptet pas une super école.
J'me méfierais.

Pas grand rapport avec votre conversation en commentaires :blush:

Écrit par : Lady Héroine | jeudi, 25 janvier 2007

Les commentaires sont fermés.