Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 13 octobre 2006

La peur du téléphone, une fatalité ? Un témoignage bouleversant

medium_Ca_se_disc.jpg(Note de l'auteur n°1 : merci, cher lecteur, d'imaginer le temps de ce billet la voix de Gilles Bornstein, celui qui faisait les commentaires dans les reportages de feu ça se discute)

Joss a 23 ans et mène une carrière plus qu'honorable dans le monde des études. Il semble promis à un avenir radieux mais derrière une façade souriante et positive se cache en fait un terrible mal-être. Joss souffre de téléphonophobie. Un trouble encore mal connu mais très handicapant :

"C'est une vraie souffrance au quotidien."

Ses difficultés remontent à un traumatisme de son enfance :

"Je me souviens ... euh ... je devais avoir sept ans, peut-être huit, mes parents avaient acheté un nouveau téléphone sans me dire comment m'en servir. Le lendemain, il a sonné alors que j'étais seul à la maison et je n'ai pas su comment décrocher. Ca a été un moment très difficile à vivre"

Et oui, car si cette expérience peut paraître anodine, elle a aujourd'hui des répercussions importantes sur la vie de Joss qui éprouve toujours des grandes difficultés lorsqu'il doit téléphoner :

"A chaque fois ... c'est une véritable épreuve, je suis tendu, stressé. Avant d'appeler, il faut que je répète plusieurs fois dans ma tête ce que je vais dire et que j'envisage tous les scénarios possibles... Il n'y a qu'avec quelques personnes que je me sens vraiment à l'aise au téléphone. Heureusement lorsque c'est moi qui suis appelé, les choses se passent mieux."

Des troubles d'autant plus étonnants qu'il ne rencontre aucune difficulté lorsqu'il s'exprime de vive voix :

"Au contraire, en face à face, je ne suis pas spécialement timide, j'ai même la réflexion assez facile, d'après ce qu'on me dit"

(Note de l'auteur n°2 :  mais ça c'est un autre sujet qui pourrait faire l'objet d'un autre billet à venir)

Par ailleurs, les troubles de Joss s'expriment aussi à travers des symptômes étonnants :

"Je n'aime pas entendre mon téléphone portable sonner quand il annonce un texto ou un message vocal, c'est pourquoi, après l'avoir allumé, je quitte immédiatement la pièce où je le laisse, de façon à ne pas l'entendre. Sinon, il m'arrive aussi de l'allumer dans des endroits bruyants qui couvrent le petit bip, que de toutes façons on entend à peine, même dans des conditions normales."

Autre conséquence facheuse, comme il se sert assez peu de son portable, Joss n'a pas vraiment d'utilité à le changer. En conséquence, il a encore un Nokia 3310 tout pourri bien obsolète dont il a parfois honte :

"Je m'arrange pour ne pas trop le montrer en public, mais ce n'est pas toujours possible."

N'écoutant que son courage, Joss a décidé de consulter un spécialiste témoigner sur son blog pour faire connaître ses troubles et aussi trouver la force de vaincre sa peur.

(Note de l'auteur n°3 : bon, là, c'est le moment où doit commencer à résonner dans un coin de votre tête la petite musique qui accompagnait les fins de reportages dans ça se discute, jour après jour) 

"C'est un combat de tous les jours, ce sera difficile, mais je ferai tout pour y arriver".

 Appel à témoin : Si vous aussi, vous voulez parler de vos phobies à la con, cliquez sur "commentaires".

Commentaires

J'ai a peu près la même réaction que toi quand je dois passer un coup de fil. Surtout pour les trucs administratifs.
Je me demande comment être le plus concis, précis et clair possible en un minimum de mots.

Calavaire quand j'ai 8 nouveaux messages sur ma boite vocale. Atant de gens à rappeller. J'aime pô.

(très bonne imitation de Gilou on s'y croirait)

Écrit par : Léo Paul | vendredi, 13 octobre 2006

"Carrière honorable dans le monde des études", ça me fait sourire, et je pense à Tanguy.

Tous les jeunes rêvent de faire carrière, mais, si possible, sans jamais quitter les bancs de l'université (pour les 16H/semaine ou ils y sont, sur ces bancs).

Ah, jeunesse...

Vive le monde des adultes !

PS : mais je n'ai pas lu le reste du billet, j'avoue. Que l'intro, j'ai 46 minutes pour faire un tour des blogs + réponse à mes comm + pondre une critique ;)

Écrit par : Mathieu | samedi, 14 octobre 2006

Cette phobie est-elle transmissible, contagieuse? Existe-t-il un médicament pour l'avoir aussi? ça m'arrangerait bien d'être téléphonophobe... mais mon opérateur risquerait de faire faillite...

Écrit par : Marinette | samedi, 14 octobre 2006

>> Léo-Paul : ouais, les trucs administratifs, c'est ce qu'il y a de pire

>> Mathieu : 16h par semaine, à là non, pas du tout,moi je serai plus proche des 40 heures. Cela dit, c'est bien d'avoir souri :-)

>> Marinette : non, malheureusement, ce n'est pas transmissible, d'aucune façon. Chacun sa croix...

Écrit par : Joss | samedi, 14 octobre 2006

Joss suite a ce billet tu as eveillé ma curiosité, et je suis donc allé sur un site on l'on rescence les phobies, c'est assez impressionant (du coup j'ai même fait un billet tu m'as inspiré :D)

Tu es donc un : Téléphonophobe (et tu sais même si moi je ne le suis pas j'ai aussi un pauvre portable tout pourri qui n'existe même plus)

Écrit par : timy | samedi, 14 octobre 2006

"Vous etes bien sur le répondeur de Moi et Autrui, vous pouvez signaler votre appel en laissant un message, il n vous rappelera pas. Merci de rappeler ultérieurement"

Écrit par : moi et autrui | samedi, 14 octobre 2006

Moi j'ai une solution je ne travaille qu'avec des téléphonophiles !!!!!!

Ils passent leur journée un casque rivé sur les oreilles le téléphone ne sonne même plus ca leur balance juste un bip dans les oreilles ! il prennnent minimum 100 appels par jour et pourtant...

Eux ben une fois finit leur journée de travail bah tu sais quoi ils pioche dans le fond de leurs poches ou de leur sacs à main et allume des TELEPHONES encore et se mette à parler avec la terre entière, nan mais je te jure.... Viens faire un stage je suis certains que tu seras en rémission total après ca ou alors ca sera pire va savoir :p

Écrit par : Arnaud | dimanche, 15 octobre 2006

Moi j'ai pleins de téléphones portables de générations récentes ( j'ai fait un billet sur ma passion des gadgets ), mais mon téléphone en ligne sonne très très peu et je ne passe quasiment jamais d'appels. Je n'aime pas le téléphone, il dépersonnalise les rapports humains. Je préfère ( je n'ai pas dit "j'aime") avoir les gens en face de moi si la conversation est vraiment utile. Et pour ce qui est des appels administratifs, sachant qu'il va falloir répéter les choses quatre fois en termes simples, concis et à la fois techniquement intelligibles des opératrices successives avant d'obtenir une fin de non recevoir... j'évite d'en passer !

Écrit par : Martin | lundi, 16 octobre 2006

Lecteur silencieux ayant récemment (re-?)trouvé l'usage de sa langue (enfin, de ses dix doigts plutôt, pour la clavier, ça marche mieux), je continue donc de parcourir les archives et me voici à commenter de nouveau un billet vieux de plus de deux ans et demi. Mais bon, il paraît qu'en vieillissant, ils deviennent bien meilleurs...
Cette longue introduction pour dire que je suis moi-même téléphonophobe. A l'idée de passer un coup de fil à un inconnu, j'ai le ventre qui se noue et mon cerveau se met en branle pour imaginer toutes les parades possibles. Mais c'est sans compter mon père qui fait de son mieux pour me mettre le plus souvent possible dans ce genre de situations. Le plus ridicule a été pour moi d'annuler un forfait téléphonique : trois jours de répétition et de préparation mentale. Exactement 29 secondes de communication avec le service client concerné...

Écrit par : Carabas | samedi, 01 mai 2010

Carabas : tu es donc bien plus gravement atteint que je l'ai jamais été ! fantastique ! j'attends que Confession intimes s'intéresse au sujet ...

Écrit par : Joss | samedi, 01 mai 2010

J'ai le même problème. Je suis plutôt sociable et bavard, mais je ne supporte pas le téléphone, depuis l'âge de 10 ans. Lorsqu'il tombe en panne ou que je le perds, il me faut 3 mois pour en racheter un (pourri) et pendant 3 mois, je respire, je me sens libéré et en plus j'ai momentanément une "bonne excuse" qui m'évite le jugement des types comme "Mathieu" (qui doit avoir un pb de nombril) mais un jour ça devient critique, le portable dans la société actuelle est parfois obligatoire (je suis secrétaire de 2 assos). Alors j'en ai toujours un mais l'utilise uniquement pour des choses "importantes", pratiques. Je ne supporte pas que les gens m'appellent "juste comme ça" alors qu'ils n'ont rien à dire (genre mon père). Lorsque c'est répété, ça me met vraiment en stress et je peux devenir agressif. J'essaye pourtant toujours de prévenir les gens que je n'aime pas le téléphone et de leur expliquer mais il y a pas mal de gens qui n'écoutent pas, ne comprennent pas ou qui s'en fichent. Ou qui au bout de plusieurs années continuent à se plaindre de toujours tomber sur ton répondeur et à te rappeler 12 fois sans laisser de message. Ou qui te harcèlent. Je me suis même séparé de quelqu'un pour cette raison, pour une histoire de cinéma ! Je lui ai dit de choisir le film, que j'étais très concentré sur mon travail, que j'avais besoin de ne pas être dérangé et que quel que soit le choix, ça m'irait. Il m'a appelé 8 fois de suite pour choisir ce p... de film, j'ai pas supporté ce stress alors que je bossais que j'avais fait l'effort de clairement annoncer mon besoin et ma confiance, et je l'ai quitté (a posteriori je crois que j'ai bien fait). Alors quand je me sens harcelé je laisse mon téléphone éteint parfois pendant des jours, des semaines, j'ai tendance à le perdre, l'oublier, ne pas l'avoir sur moi, le laisser en mode silence ou ne pas l'entendre. Lorsque c'est moi qui dois appeler je procrastine beaucoup. Parfois je n'appelle jamais. S'il y a une alternative, je la prends toujours. Au boulot, ça m'a vraiment posé des problèmes et ça fait même partie des raisons inavouables qui m'ont fait arrêter ce boulot. En plus, j'étais dans un openspace, sans téléphone, donc je devais téléphoner depuis le bureau de quelqu'un... génial. ça m'angoisse de devoir appeler quelqu'un que je ne connais pas. Il n'y a qu'avec de rares personnes que je suis à l'aise, comme mon frère, mais on est loin, on s'appelle peu souvent et on a plein de choses à se dire. Quand j'étais gamin mes parents ont divorcé et c'était la guerre. Chez ma mère, si le téléphone sonnait, c'était toujours moi qui étais chargé de répondre et je me faisais systématiquement incendier parce que je ne disais jamais ce qu'il fallait comme il fallait (j'ai une mère un peu tarée). Si mon père appelait exceptionnellement à la maison (généralement pour des pb de garde), ma mère piquait des crises de rage folles et j'en prenais plein la tronche, comme si j'étais le responsable, étant l'abruti qui a décroché (sur ordre) et transmis le message. Je redoutais déjà la sonnerie du téléphone, elle était synonyme de gros ennuis. Il n'était pas question pour moi d'appeler mon père de chez ma mère. Chez mon père, c'était un peu pareil pour ce qui était d'appeler ma mère. J'aurais eu l'impression de les insulter (surtout ma belle-mère, un peu tarée elle aussi) ou de commettre une trahison gravissime. Le mieux pour nous était de faire comme si l'autre parent n'existait pas. Pour prévenir le genre de merdier déjà vécu (parce que par exemple j'avais vu ma mère en ville un jour de garde chez mon père et que ces cons m'avaient suivi pour voir où j'allais, ou que des voisins m'avaient balancé) en cas de besoin absolu je sortais par la fenêtre de ma chambre la nuit pour aller appeler d'une cabine. Bref pour moi, le téléphone est une bête immonde qui ne réveille que des mauvais souvenirs quand il sonne. Je suis aussi PESM, on a l'angoisse facile et la sensibilité à fleur de peau... La plupart des gens ne peuvent pas comprendre ça. Aujourd'hui, je trouve que j'ai progressé, mais je n'ai toujours pas trouvé de solution. Je sais bien que le pb ce sont les gens, pas l'outil, mais imaginez un objet que vous détestez, associé à de multiples traumatismes d'enfance, qui pourrait surgir dans votre vie à n'importe quel moment en faisant des bruits agressifs... En plus le téléphone portable est une belle saloperie pour la santé, l'environnement, et la qualité des relations sociales...

Écrit par : MinutePapillon | samedi, 04 janvier 2014

Les commentaires sont fermés.