Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 04 octobre 2006

Ooohhh !!! Regarde Tati Monique ... !!!

La vérité sort toujours de la bouche des enfants. Cependant, comme le disait un de mes profs l'an passé, il y a plusieurs façons de concevoir une même réalité. Je ne me trompais pas simplement, je décrivais une situation avec mes yeux de l'époque, j'avais cinq ans.

 

A l'époque je me rappelle que la cours de l'école maternelle était fraîchement équipée de tobogans. J'adorais les tobogans. Cette sensations de se laisser aller dans le vide, sentir ce petit risque. Enfin voilà, tout ça pour dire que les tobogans était très présents dans mon esprit d'enfant.

 

A cet âge, j'étais un enfant tout ce qu'il y a de plus bavard et spontané, ce qui a bien changé par la suite. On peut dire simplement que je n'avais pas ma langue dans ma poche comme beaucoup d'enfants de cinq ans. J'étais un petit garçon de la ville qui venait passer avec son frère ainé une semaine de vacances à la campagne chez sa tante. Fin d'après midi, nous nous trouvons dans une ferme chez des gens que je ne connaissais pas. Une discussion ennuyeuse d'adulte qui devait tourner autour du lait caillé ou quelque chose comme ça. Dans le pré voisin, un troupeau de vache.

 

Il est parfois des phrases lachées comme ça par surprise sans qu'on sache vraiment pourquoi, surtout à cinq ans. Des phrases qui vous poursuivrons toute votre vie parce qu'à chaque réunion de famille, le cousin untel ne manquera pas de vos rappeler ce jour fameux jour où vous avez dit LA phrase. Quelques mots pour faire remarquer mon étonnement qui auront fait rire comme rarement. L'hilarité. La plus totale. Sauf pour moi. 

 

Je me rappelle m'être senti honteux. Je n'avais pas compris pourquoi ils riaient, je croyais avoir dit quelque chose de mal.

 

Nous étions donc à côté du pré ce jour-là. Eux discutaient entre eux, moi je scrutais les vaches, j'avais rarement l'occasion d'en voir de si près. Deux vaches s'étaient rapprochées l'une de l'autre. Quelques années plus tard, je saurais que l'une de ces vaches était un taureau. Mais à cinq ans, c'est pas franchement évident, vous en conviendrez. Elles s'étaient tellement rapprochées que l'une d'elles commençait à essayer de monter sur l'autre. Je suis complètement éberlué par ce spectacle inédit. Mais qu'est-ce qui leur prend à ces vaches ? J'étais le seul à avoir remarqué ce qui se tramait.

 

Elles continuent à se positionner bizarrement et puis tout à coup je perçois la silouhette formée par ces deux corps qui n'en font qu'un et une idée me vient en tête lorsque je vois l'inclinaison prise par le dos de celle qui monte sur l'autre. Je m'imagine glisser à califourchon le long du dos de la vache.

 

"Ooohhh !!! Regarde Tati Monique, les deux vaches, elles font un tobogan !!!" 

 

 

 

** Pour qui le centième commentaire sur ce blog ? ** 

Commentaires

Pour moi!
Jolie ptite histoire ;)

Écrit par : Lady heroine | mercredi, 04 octobre 2006

Oui, d'accord, je vois... Hum, oui, bien sûr... C'est cela... Oui.... Hummm ! Un tobogan de vaches en pleine copulation... Oui.... Mais encore...


Bien, la séance se termine... Voilà, voyez avec ma secrétaire... A bientôt Monsieur Joss ! Très bientôt, j'en suis sûr !

Écrit par : Docteur Martin, expert en blogopédépsychiatrie | mercredi, 04 octobre 2006

Youpi je suis le 102eme commentaire du blog :D

Écrit par : timy | jeudi, 05 octobre 2006

Oups... Très beau post ! Qui me rappelle (ou plutôt qui exhume de ma mémoire) une phrase de moi enfant qui me reste gravée en mémoire. Petit parisien, urbain 200%, à la campagne pour l'été, un cousin attrape un chat par la queue et le fait tournoyer. Moi, innocent : "mais arrête, ça lui fait mal, si toi aussi on te prenais par la queue et qu'on te faisait tourner".

C'est des années plus tard que j'ai compris ce que j'avais dit ce jour-là !

La honte de ma vie ;-)

Écrit par : Morts ou Vifs | vendredi, 06 octobre 2006

Les vaches furent aussi le sujet de la pire honte de ma vie... à 4 ans environ, en visite à la ferme de mon oncle, en entrant dans l'étable, j'ai hurlé à tout le monde "oh, les jolis pingouins"...
LA phrase que l'on me ressort également à chaque fête de famille... (petite précision, à la fête de l'école, on s'était déguisés en pingouin, et donc, en noir et blanc...!)
Chacun sa croix, à porter jusqu'à la fin des temps... ;)

Écrit par : Marinette | vendredi, 06 octobre 2006

Trop mignon !!

Et aujourd'hui, ça t'arrive d'y repenser quand tu... fais du tobogan ? ;-p

Écrit par : Antinoüs | jeudi, 16 novembre 2006

En fait, ce que Joss n'ose pas avouer, c'est que c'était lorsqu'il avait 23 ans qu'il a dit ça hein... Mais que devant tant de naïveté, il a changé son âge!!! :-p

Écrit par : Andesmas | dimanche, 07 octobre 2007

Andesmas >> mais pas du tout !! chers lecteurs, c'est totalement faux !

Écrit par : joss | mardi, 09 octobre 2007

Rhôooooooo ! Mon petiot, comme c'est mignon. Et ces adultes qui rigolent bêtement!!

Écrit par : PascalR | samedi, 03 décembre 2011

dans la série "on te le rappellera toute ta vie", visitant une ferme (je suis aussi un gars de la ville), à peu près vers le même âge, j'ai dit, avisant l'abreuvoir : "elles ont de la chance les vaches, elles ont une piscine"...

Écrit par : le lapin givré | lundi, 05 décembre 2011

PascalR : tellement bêtement, t'aurais pas ri, toi, hein ?

Le lapin givré : pfffff... une piscine, n'importe quoi ! un lave-vache, oui !

Écrit par : joss | lundi, 05 décembre 2011

Les commentaires sont fermés.