Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 23 septembre 2006

Balade chez les fous (3)

Mon cent-unième et dernier patient est un râleur heureux de venir. Il dit ne pas connaître les horaires des activités qu'on lui propose et pourtant, quelques questions plus tard, il est catégorique : lesdites activités ne commencent jamais à l'heure et cela le dérange. Non pas qu'il perde son temps mais il y a des horaires, il faut les respecter, c'est une question de principe.

Mon cent-unième et dernier patient est très timoré en début d'entretien puis devient de plus en plus volubile au fur et à mesure de la conversation. Son regard fuyant laisse place à un véritable désir de conviction. Il explique les travaux qui permettraient selon lui d'avoir des locaux plus fonctionnels, il parle des activités et fait part de son souhait de jouer à la pétanque (entretien réalisé en juillet et dans un parc à l'extérieur, ceci explique cela). Il râle et pourtant affirme qu'il est très heureux de venir et ne voudrait pas que les horaires changent. Il s'étonne de certaines questions, revient en arrière sur d'autres... Il achève la conversation sur un sourire laissant apparaître ses dents aussi clairsemées que ses cheveux. C'est le tout dernier plan-séquence de mes entretiens, la dernière image, la dernière expression.

Mon cent-unième et dernier patient a dit ce qu'il avait à dire, il n'en est pas peu fier et s'en retourne discuter avec l'un des infirmiers présents de ses soudaines idées de travaux... 

 *** 

Pendant ces quatre mois je n'ai pas pris un centimètre (et ça c'est bien dommage) mais j'ai beaucoup grandi.

 

Un peu moins jeune, un peu plus vieux

Tout juste assis entre les deux

Dans le tumulte stéréo

Un peu adulte, un peu ado

(Aldebert, Adulescent, L'année du singe)

Commentaires

Doit-on comprendre que Joss est moins grand par la taille que par la finesse de ses analyses et commentaires ?!

Écrit par : Martin | samedi, 23 septembre 2006

Oui, on doit comprendre cela (c'est joliment dit).

Écrit par : Joss | dimanche, 24 septembre 2006

Les commentaires sont fermés.